“C’est aux multinationales qu’ils faut s’en prendre, pas à leurs victimes!”

Depuis quelques temps, des sans-papiers occupent l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et revendiquent la régularisation de tous les sans-papiers. Un Comité d’Actions et de Soutien s’est formé et Jalil – membre de notre organisation étudiante “Etudiants de Gauche Actifs” – en est le porte parole-parole.

 

Pablo : Un mouvement sans-papiers s’est créé autour de l’occupation des sans-papiers de l’ULB. Comment cela a-t-il commencé ?

Jalil : Au début, des sans-papiers de l’UDEP (Union pour la Défense des sans-papiers) ont décidé d’occuper un bâtiment de l’ULB (n°129 Avenue Buyl) pour faire pression sur le gouvernement afin d’avoir un agenda précis sur l’accord gouvernemental qui traite des sans-papiers.

P : Pourquoi l’ULB ?

J : Pour lancer le débat sur la question des sans-papiers, avoir le soutien intellectuel et politique de la communauté universitaire.

P : Quelle a été l’implication d’EGA au départ ?

J : Les camarades d’EGA-ULB ont aidé les sans-papiers à s’installer (nettoyage, création de liens avec les autres cercles, aides logistiques,…) et très vite nous avons mis en avant la nécessité de mobiliser les étudiants et donc de créer un Comité de soutien (le CAS) démocratique et ouvert à tous (étudiants, personnels et riverains) pour organiser la mobilisation.

P : Pourquoi EGA a directement fait cause commune avec les sans-papiers ?

J : Car les personnes sans-papiers ne viennent pas dans nos pays sans raisons; ils ne quittent pas leur famille, leurs amis, leur pays sans raisons. Ils quittent tout ce qui leur est cher, car les multinationales et les gouvernements occidentaux créent la misère dans les pays du Sud. Les pays du Tiers-Monde sont obligés d’ouvrir leurs marchés aux entreprises occidentales. Les multinationales, n’ayant comme intérêt que leurs profits, jouent un rôle important dans le maintien des régimes réactionnaires dans le monde néo-colonial. Les grandes puissances n’hésitent pas à utiliser la force pour assurer leur domination économique et politique. Les différentes interventions impérialistes des Etats-Unis, de l’Europe ou de la Chine en sont des exemples. Cette politique de pillage des richesses et de surexploitation de la force de travail ne sert que les intérêts des multinationales. Les populations locales subissent l’inexistence de protection sociale, des journées de 18 heures de travail et cela dès le plus jeune âge,…

D’ailleurs, nous refusons la distinction entre les réfugiés politiques et économiques, car c’est la politique des puissances capitalistes qui engendre la misère et les conflits sanguinaires qui les poussent à fuir. D’ailleurs les émeutes de la faim qu’on a pu voir récemment dans de nombreux pays du Sud (Côte d’Ivoire, Haïti,…) illustrent bien que le capitalisme enfonce des centaines de millions de personnes dans la pauvreté (selon la Banque Mondiale). Les prix des produits alimentaires ont augmenté de 40% depuis mi-2007. L’augmentation des prix est alimentée depuis des années par différents facteurs comme les biocarburants. Mais l’explosion récente vient de l’énorme spéculation des capitalistes, qui auparavant était présente sur l’immobilier et dans les actions et qui s’est déplacée sur les produits alimentaires depuis le développement de la crise économique au Etats-Unis. En Bref, les capitalistes jouent avec la nourriture comme au casino pour engendrer des profits au détriment des masses.

EGA étant une organisation étudiante anticapitaliste se devait de se solidariser avec les sans-papiers et dénoncer ce système économique en participant au comité de soutien.

P : Quelles sont les différentes tâches de ce comité ?

J : La première était de créer une mobilisation (actuellement la question est plus de l’organiser et d’avoir un relais médiatique), la deuxième est d’élargir le mouvement aux travailleurs et au mouvement ouvrier et la troisième est de faire pression sur les autorités de l’ULB pour qu’elles donnent des moyens logistiques et n’envoient pas la police sur l’occupation (comme elles l’ont fait il y a 2 ans avec l’occupation des sans-papiers iraniens).

P : Quelles actions avez-vous menées par la suite ?

J : Nous avons organisé une manif sur le campus qui avait pour but d’informer la communauté et de faire pression sur les autorités. Au plus fort de l’action, 400 étudiants étaient présents et nous avons demandé au recteur de nous recevoir, mais ce dernier a refusé, nous avons donc décidé de bloquer l’avenue Roosevelt avec150 étudiants en protestation. Nous avons par la suite organisé la fameuse manifestation du 29 avril avec les sans-papiers du Béguinage. Malgré le fait qu’elle soit autorisée, le bourgmestre PS Thielmans a envoyé la police arrêter presque tous les manifestants (140 personnes) et a réprimé très durement cette action. Il y avait très clairement une tentative de criminalisation du mouvement, comme c’est le cas très souvent dans notre pays.

P : Tu veux dire qu’il y a une volonté politique d’étouffer les mouvements pour les régularisations ?

J : Oui, clairement.

P : Pourquoi ?

J : Parce que c’est dans l’intérêt d’une certaine couche du patronat belge et donc de leurs politiciens. En effet, la politique d’expulsions confine des dizaines de milliers de personnes – dont des milliers de familles – dans la clandestinité. Ils vivotent de petits boulots au noir sous-payés. Ils sont privés de toute protection sociale. La dérégulation du marché du travail et la politique d’expulsions conjuguent leurs effets. Des pans entiers de l’économie capitaliste basculent dans l’illégalité, ce qui exerce une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail des salariés dans la sphère légale. Les sans papiers ne pourront obtenir une victoire que s’ils parviennent à gagner le soutien d’une couche plus large de la population, notamment au sein du mouvement ouvrier organisé.

De plus, le système capitaliste, que représentent ces politiciens, essaie de diviser la population sur une base raciste : nécessité d’un permis de travail, différence de salaires, différences des pensions pour un même travail etc. Dans nos universités, les étudiants d’origine étrangère ne sont pas logés à la même enseigne que ceux originaires de l’Union Européenne. Les minervals pour un étudiant étranger à l’ULB peuvent s’élever à plus de 10.000 euros. Les réfugiés et les immigrés servent de boucs émissaires pour la crise économique. Ce ne sont pourtant pas les réfugiés et les immigrés qui attaquent tous nos acquis en matière d’enseignement (restaurants sociaux, les kots bon marché,…), qui licencient, qui ferment les entreprises, qui privatisent les services publics, qui rallongent l’âge de la pension ou qui sont la cause de la baisse du pouvoir d’achat. La réaction de Thielmans n’a donc rien d’étonnant. Elle est dans la continuation de la politique du « diviser pour régner » en criminalisant un mouvement qui recherche la solidarité avec la population belge.

P : Que s’est-il passé par la suite ?

J : Un rassemblement d’étudiants et de représentants politiques et syndicaux de 300 personnes a eu lieu dans les heures qui ont suivi notre incarcération dans la prison du Palais de Justice afin d’exiger la libération de tous les étudiants et les sans-papiers. Pour finir tous ont été libérés sauf 13 camarades sans-papiers qui ont été envoyés vers différents centres fermés en vue de leur expulsion.

Ensuite, nous avons été manifester le lendemain matin devant le siège du PS, durant la soirée devant la Fête du Progrès que le PS organisait et durant la Fête de la FGTB sur la Place Rouppe pour montrer notre opposition aux méthodes policières et répressives envers le mouvement des sans-papiers. Maintenant nous manifestons le 7 mai contre les centres fermés, pour la régularisation de tous les sans-papiers et pour la libération de nos 13 camarades enfermés.

P : Que penses-tu de l’attitude du PS par rapport au moratoire sur les expulsions et sur les ancrages durables et quelle attitude prend EGA par rapport à cela?

J :Tout d’abord, par rapport aux ancrages durables -appelés aussi attaches durables-, c’est très clairement une avancée, mais qui reste très limitée. En effet, il n’y a toujours pas de loi qui reprenne les critères de régularisation. La commission indépendante qui devrait statuer sur les demandes de régularisation reste à l’état de projet. Il n’y a rien qui annonce un changement en matière d’expulsions et de détention dans les centres fermés (même pour les enfants) et encore moins de régularisation générale des sans-papiers. Et le dossier de l’asile et des sans-papiers reste dans les mains de Annemie Turtelboom, membre du parti libéral VLD, qui fera très peu de pas en avant.

Par rapport au moratoire sur les expulsions, le PS et tous les autres partis pro-moratoires ne sont que des hypocrites. Chaque parti a eu l’occasion de faire l’exercice du pouvoir et aucun, ECOLO y compris, n’a fait cesser les expulsions ou régulariser massivement. De plus, c’est seulement quand les sans-papiers reviennent sur le devant de la scène qu’ils essayent de montrer qu’il faut quelque chose. Toutefois le PS a montré en premier son intérêt sur la question… en envoyant la police arrêter les sans-papiers, en refusant tout dialogue, ou encore en faisant de grandes promesses devant les caméras et rien concrètement.

Les Etudiants de Gauche Actifs sont socialistes, mais pas socialistes en mots comme c’est le cas pour le PS ; pour nous le socialisme n’est pas d’expulser des personnes sans-papiers ou de leur envoyer la police quand ils manifestent, pour nous les socialistes ne doivent pas promouvoir des gouvernements dictatoriaux dans les pays du Sud ou défendre les intérêts de la classe capitaliste en attaquant les acquis sociaux des travailleurs. Nous sommes des vrais socialistes et donc nous défendons l’unité des travailleurs avec ou sans-papiers, nous défendons les acquis des populations et la nécessité d’un emploi convenable pour tous. Nous combattons ce système fait de misère et d’exploitation et nous nous battons pour un monde socialiste, où l’on produit en fonction des besoins des gens et non pas pour les profits d’une minorité !

Laisser un commentaire