70 ans après la fondation de la IVè Internationale : Qu’est-ce que le trotskisme ?

Si nous nous définissons comme “trotskistes”, ce n’est pas par culte de l’individu. Trotski a été un militant marxiste, luttant sans cesse avec des millions d’autres pour la victoire du socialisme. Il a dirigé par deux fois la révolution en Russie (1905 et Octobre 1917), et a tenté de répondre aux questions théoriques et pratiques qui se posaient  à son époque. Devant la bureaucratisation du régime en URSS, il a mené un long combat d’opposition qui aboutira à son assassinat sur ordre de Staline, en août 1940.

La révolution socialiste avait triomphé en octobre 1917 en Russie mais n’avait pas encore réussi à le faire dans d’autres pays. Après des années de souffrances (guerre civile, invasion d’armées étrangères, sabotage, isolement économique…), la jeune révolution russe connaissait enfin un moment un peu plus calme mais voyait un danger surgir : une importante bureaucratisation qui s’était installée du fait justement de toutes les difficultés précédentes. Lénine, principal dirigeant de l’URSS avait commencé à dénoncer cette bureaucratisation et préparé, avec Trotski, un plan de lutte contre Staline et la bureaucratie. Mais, de plus en plus malade, il ne pouvait plus jouer ce rôle.

L’opposition de gauche

     A la fin de 1923, de très nombreux militants et dirigeants communistes lancèrent une offensive contre Staline et Zinoviev qui dirigeaient le Parti et l’Internationale communiste, et étaient à la tête de la bureaucratie de l’Etat soviétique. Les opposants exigeaient un retour à la démocratie dans le Parti et dans les conseils ouvriers (les soviets), un début de politique industrielle planifiée démocratiquement. Ils s’insurgeaient contre les méthodes autoritaires, l’étouffement du débat théorique que pratiquaient Staline et Zinoviev. C’est ainsi que fut formée l’opposition de gauche. Afin de dépolitiser le débat en le ramenant à une seule personne (alors que les opposants représentaient au moins un tiers du parti à Moscou par exemple), et parce qu’il représentait leur opposant le plus implacable, les bureaucrates créèrent le terme “trotskiste” et ce terme sera sans cesse repris à chaque fois qu’il fallait caricaturer ou dénaturer les idées des opposants à Staline.

     L’opposition fut vaincue par les manœuvres (nomination des délégués au congrès au lieu de leur élection, limitation du débat). Après d’autres tentatives d’opposition (dont une avec Zinoviev qui capitulera rapidement devant Staline), Trotski fut exclu du Parti communiste en 1927 puis expulsé d’Union soviétique en 1929. Mais il continua le combat pour le socialisme, ce qui en URSS et dans la 3ème internationale, fondée à la suite de la révolution d’octobre 1917, passait par un réarmement programmatique et le renversement de la bureaucratie : une révolution politique. Malgré l’exécution de milliers de “trotskistes” en Russie soviétique et de part le monde, cette opposition continua de travailler pour donner un nouvel outil aux travailleurs pour renverser le capitalisme. C’est la complète capitulation de la 3ème internationale et des staliniens devant la victoire des nazis en Allemagne en 1933 qui convainc Trotski de la nécessité d’une nouvelle internationale. Rassemblant les partisans d’une lutte marxiste contre le stalinisme, ce travail se trouva précipité par la marche vers la 2nde guerre mondiale.

Construire une nouvelle internationale révolutionnaire après la trahison de l’Internationale “communiste”

     La première guerre mondiale avait laissé les militants marxistes complètement isolés sans outil face à la capitulation complète des dirigeants des partis social-démocrates qui avaient voté les crédits de guerre et soutenu leur propre bourgeoisie contre les travailleurs des autres pays, bafouant la perspective marxiste qui dit “Prolétaire de tous les pays, unissez vous”. Trotski se souvenait de l’énorme difficulté à regrouper les authentiques internationalistes en 14-18, la plupart s’étant retrouvés isolés dans leurs pays. Les dirigeants des partis de la deuxième internationale se comportaient comme des agents de la bourgeoisie dans le mouvement ouvrier, empêchant que les idées authentiquement socialistes et internationalistes circulent dans les organisations liées à la 2ème internationale. Pour essayer d’éviter une telle confusion face à une 2nde guerre mondiale, il s’agissait de créer un instrument international pour rassembler tous ceux qui n’avaient pas abandonné la perspective de la révolution socialiste, au moment où Staline passait un pacte avec l’Allemagne nazie. La période était difficile, pleine de confusion, marquée par l’offensive du nazisme, la défaite des travailleurs dans de nombreux pays (France et Espagne notamment) du fait des manœuvres des staliniens, qui, pour préserver leur position en URSS, bloquaient les possibilités de révolution socialiste pour s’attirer les bonnes grâces des bourgeoisies occidentales. Et, la volte face du pacte germano-soviétique ajouta encore plus à la confusion.

     Trotski aura été un infatigable combattant pour la révolution socialiste et contre la caricature monstrueuse de celui-ci qu’aura été le stalinisme. Aujourd’hui, s’affirmer trotskiste pourrait paraître un peu désuet surtout s’il s’agissait de réciter ses textes de manière abstraite. Il ne s’agit pas de vouer un culte personnel mais d’être capable d’utiliser les idées et analyses trotskistes, tout comme le reste du marxisme révolutionnaire, pour affronter la situation actuelle et trouver un chemin dans la construction d’un parti révolutionnaire pour la victoire du socialisme.

Continuer le combat pour construire un véritable parti révolutionnaire

     Les idées réformistes, les illusions, les imprécisions, si elles ne sont pas correctement combattues, pourraient mener aux mêmes erreurs qu’au 20ème siècle où les Partis communistes et socialistes ont été incapables de mener au socialisme et ont abandonné cette perspective, faisant rater aux travailleurs les possibilités de prendre le pouvoir et de renverser le capitalisme. Dans la période qui vient, notamment du fait de la construction d’un nouveau parti anticapitaliste impulsé par la LCR, le combat pour la clarification du programme, la construction d’un véritable parti des travailleurs pour le socialisme, va être crucial. C’est pour cela que nous profitons de la commémoration du 70ème anniversaire de la fondation de la 4ème internationale pour évoquer quelques uns des points majeur du “trotskisme”, sans pouvoir les traiter tous (notamment l’analyse du fascisme, de la nature de la bureaucratie et du stalinisme,…).

     Les tâches fondamentales des marxistes n’ont pas changé: il s’agit de construire un parti ayant un soutien de masse parmi les travailleurs, permettant à une partie significative d’entre eux de s’organiser et de construire un instrument pour leurs luttes actuelles et pour en finir avec ce système d’exploitation qu’est le capitalisme.

     Se réapproprier les analyses, les méthodes, la théorie marxiste dans leur ensemble est une question fondamentale pour qui ne veut pas reproduire les erreurs et échecs du 20ème siècle et rendre victorieuse la révolution socialiste au 21ème siècle.

Article par ALEX ROUILLARD

Laisser un commentaire