Afghanistan: Un bourbier incontournable – la nomination de Karzaï ne fera qu’accroître la crise

La crise politique afghane est entrée dans une nouvelle phase avec la nomination directe du complètement discrédité Hamid Karzai comme président du pays, après le retrait de son principal rival Abdullah Abdullah. Le niveau de violence qui ravage le pays a également atteint de nouveaux sommets. Le 28 octobre, six employés des Nations Unies ont été tués et neuf blessés dans un attentat à Kaboul, la plus meurtrière attaque contre l’ONU en Afghanistan depuis la chute des talibans. Cet évènement est symptomatique de la dégradation de la situation générale dans le pays. Pour l’impérialisme américain et britannique, la possibilité d’une sortie facile d’Afghanistan est de plus en plus douteuse, ce qui suscite une inquiétude croissante et la division parmi les establishments politiques et militaires dans ces pays.

La position de plus en plus impossible de l’impérialisme en Afghanistan, avec une exacerbation des conflits au Pakistan et la nouvelle vague de violences frappant l’Irak, ont émergé comme de grosses épines dans les pieds de l’impérialisme américain, conduisant à de grands dilemmes pour Obama et les stratèges américains. Ces développements mettent toute la région au bord de d’avantage d’instabilité, de nouvelles explosions de violence, de la multiplication des conflits ethniques et des souffrances sans fin pour les masses. Seule la classe ouvrière et les pauvres, armés d’un programme socialiste, pourraient mettre un terme à l’enlisement actuel.

Abdullah Abdullah, le principal adversaire d’Hamid Karzai pour l’élection présidentielle afghane, a annoncé qu’il se retirait du second tour de l’élection, qui était prévu pour le 7 Novembre, soi-disant parce que toutes les conditions qu’il avait fixées pour la réforme de la dite Commission électorale «indépendante» (CEI) d’Afghanistan avait été rejetées. Cette décision a été suivie lundi par l’annonce, par cette même commission, de la nomination directe de Karzaï à la présidence de l’Afghanistan. Une des raisons officielles donnée par la CEI au sujet de cette décision était que “la présence d’un candidat unique pour le vote aurait posé de sérieuses questions quant à la légitimité de la présidence”. Comment la nomination directe d’un candidat, sans être titulaire d’un nouveau vote, sera plus «légitime», c’est loin d’être clair. Ce processus électoral, en termes de «légitimité», a été un échec flagrant pour l’impérialisme, du début à la fin.

L’impasse à laquelle fait face l’impérialisme en Afghanistan va de pair avec un rejet croissant de cette guerre parmi les travailleurs et la jeunesse internationale. D’autre part, l’administration Obama se prépare à une éventuelle nouvelle escalade militaire sur le terrain. Par conséquent, le gouvernement américain et ses homologues impérialistes voulaient se servir de ces élections afin de donner l’idée que la démocratie progresse dans le pays, et de légitimer leur régime fantoche. Toutefois, il se peut que donner un masque démocratique à un régime très corrompu et discrédité – et à un soi-disant «État» s’appuyant sur les seigneurs de guerre, les fondamentalistes et les barons du commerce de l’opium – soit une tâche un peu trop ambitieuse. La manière dont le processus électoral s’est déroulé, ainsi que son résultat, ajouté à de nouveaux scandales, comme la récente découverte au sujet du paiement régulier de la CIA au le frère du président afghan Ahmed Wali Karzai, est un coup grave à l’autorité de l’impérialisme.

Avant même que les élections aient eu lieu, il était déjà clair que ce processus électoral serait loin d’être «impartial» et «démocratique», en particulier dans un contexte de violence généralisée, d’intimidation et d’occupation militaire étrangère. Le jour de l’élection-même était «l’une des journées les plus violentes à laquelle on ait assisté en Afghanistan au cours des huit dernières années”, selon Human Rights Watch. Le climat général de violence et l’absence d’alternative politique sérieuse pour les principaux candidats (le principal adversaire de Karzai, Abdullah Abdullah, a été un ancien ministre dans le gouvernement Karzaï et est lié à ce régime pourri) a entraîné un extrêmement faible taux de participation (38 % selon les chiffres officiels). Dans certaines régions et villages, presque personne ne s’est rendu aux urnes. Les premiers résultats indiquaient une victoire solide pour Karzaï, avec 54,6% des voix, et 27,8% pour Abdullah. La campagne d’Hamid Karzai (de la communauté majoritaire pachtoune, forte au Sud et à l’Est de l’Afghanistan, où les talibans ont une présence importante) était basée sur des accords avec les différents seigneurs de guerre régionaux et les chefs tribaux de minorités non-pachtounes qui sont dominantes dans le Nord et l’Ouest du pays , comme chef de guerre ouzbek Rashid Dostum, le Tadjik Qasim Fahim ou le chiite Hazara, Karim Khalili, tous connus pour leur legs de massacres, de trafic de drogue, de criminalité et d’extorsion.

En outre, la fraude massive s’est rapidement révélée être au centre de la victoire de M. Karzaï. Le 30 Septembre, Peter Galbraith, le haut responsable américain de la mission de l’ONU en Afghanistan, a été limogé, après avoir refusé de prendre part à une opération de dissimulation de la fraude. Cette affaire est symptomatique des divisions croissantes entre la classe dirigeante sur la façon de traiter ce que tout le monde savait: il s’agit une pure mascarade électorale. Jour après jour, l’évidence croissante des fraudes a été révélée (il y a eu de nombreux rapports de «sites de scrutin fantômes», qui n’ont jamais ouvert mais où des milliers de votes ont été enregistrés), exerçant une pression de plus en plus forte sur les épaules de la «communauté internationale» pour se distancier de leurs constats enthousiastes et de leurs félicitations antérieurs. L’impérialisme américain a commencé à exercer une pression intense sur Karzai pour aller vers un deuxième tour de scrutin, que le président afghan a finalement accepté. Le renoncement d’Abdullah Abdullah du fonctionnement prévu a alors changé la situation. Abdullah était sans doute prêt à fermer les yeux sur certaines «irrégularités» en échange d’un accord politique, en lui donnant une certaine influence au sein du cabinet. Mais dans l’incapacité de parvenir à un accord, on l’a vu jouer la carte de «l’intégrité», malgré le fait que près de 300.000 votes pour Abdallah avait été découvert «frauduleux» après le premier tour également.

Même sans la démission d’Abdullah, si le second scrutin avait eu lieu, le taux de participation aurait été bien pire que le premier tour. Les talibans avaient annoncé qu’ils feraient tout leur possible pour saboter le scrutin. Un second tour aurait très probablement été de nouveau dominé par la violence, la fraude et l’abstention massive. Quelle que soit la solution retenue pour résoudre la crise, les rares vestiges de crédibilité concernant le processus ont déjà été brûlés. Dans ces conditions, les impérialismes américain et britannique ont finalement choisi la voie la plus rapide et la plus facile pour en finir avec cette farce en faisant pression pour la nomination de Karzaï en tant que nouveau président. Mais cela ne changera rien. Le récent communiqué publié par les talibans n’a certainement pas tort quand il affirme que, «il est surprenant de constater qu’il y a deux semaines, la marionnette-président Hamid Karzai a été découvert dans une fraude électorale”, mais qu’«il est maintenant élus sur la base des mêmes élections frauduleuse avec les félicitations de Washington et de Londres.”

Ces élections, plutôt que de donner une quelconque crédibilité aux institutions politiques afghanes, ont uniquement réussi à déclencher la colère et la méfiance contre le régime afghan et la complicité flagrante de l’impérialisme et de l’ONU pour tenter de dissimuler ses manœuvres. Un président dont l’autorité en dehors de Kaboul n’est obtenue que grâce à une alliance instable avec les seigneurs de guerre, combinée à un rejet énorme de la guerre dans leur propre pays, est désormais le contexte politique que doivent affronter les gouvernements impérialistes, en plus d’une augmentation de la violence des talibans.

Perdre la guerre à la maison

La guerre en Afghanistan commence à être exposée comme impossible à gagner, un impopulaire tas d’atrocités de l’armée américaine et la coalition de l’OTAN. L’ONU a rapporté récemment que le nombre de morts civils afghans est de près de 1.500 pour cette seule année, tandis que septembre et octobre sont les mois les plus meurtriers pour les troupes de l’OTAN depuis l’invasion du pays en 2001. Le nombre croissant de morts au cours des derniers mois a contribué à rompre de façon décisive le soutien public à la guerre, en particulier en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Selon un nouveau sondage publié par Channel 4 News à la fin octobre, 48% des Britanniques interrogés pensaient troupes ne gagnaient pas la guerre et que la victoire en Afghanistan “est impossible”, soit une énorme augmentation, comparativement à 36% en août 2007. Le même sondage révèle que 62% souhaitaient que les troupes se retirent d’Afghanistan “immédiatement ou dans un an». Aux États-Unis, à la fin du mois d’août, un sondage CNN a montré que seulement 41% du peuple américain justifie la guerre en Afghanistan. Au Canada, en France, en Italie, en Allemagne, et dans tous les pays ayant des troupes en Afghanistan, la majorité des gens sont aussi fortement favorable au retrait.

Ce sentiment se répand de plus en plus dans l’armée elle-même. Joe Glenton, un soldat britannique menacé d’être emprisonné deux ans pour avoir refusé de retourner se battre en Afghanistan, participe à des manifestations et des rassemblements contre la guerre appelant à un retrait complet des troupes. Il a récemment expliqué que, lors du retour à la caserne près d’Oxford, il craignait une réaction hostile de ses collègues. Au lieu de cela, il a été applaudi par ses collègues. «Il y avait des poignées de main et beaucoup de petites tapes dans le dos. Quelqu’un a dit que je disais ce que chacun pense.” De manière significative, le moral des troupes sur le terrain est à son point le plus bas depuis le début de la guerre, et la désillusion se propage rapidement dans les rang des simples soldats. Des informations font état de tentatives de suicide, d’anxiété et de dépression, avec des explosions de colère contre les agents, etc. La mission actuelle en Afghanistan est considérée comme l’une des principales causes de la forte augmentation du nombre de suicides dans l’armée américaine. L’an dernier, 128 soldats se sont suicidés, contre 115 en 2007. Toutefois, le taux de suicide de cette année est déjà sur le point de dépasser ce nombre. “Beaucoup de soldats ont un sentiment de futilité et sont en colère d’être ici. Ils sont vraiment dans un état de dépression et de désespoir, et veulent juste revenir à leurs familles», a été l’observation d’un capitaine d’artillerie britannique dans The Times. Dans le même article, un sergent de Détroit de 37 ans, auquel on a demandé si la mission en valait la peine, répondit: «Si je savais exactement ce que la mission était, sans doute, mais je ne le sais pas. Les seuls soldats qui pensaient que ça allait marcher sont dans un bureau et non sur le terrain. Le pays tout entier part en couille.»

En effet, tant que les forces impérialistes étrangère, les chefs tribaux, les seigneurs de guerre et les forces réactionnaires comme les talibans contrôlent la région et luttent pour l’influence, ce sentiment est fondamentalement juste! Tous les arguments futiles utilisés pour justifier la guerre et l’occupation par les gouvernements américain et britannique ont été réduits en poussière. Cette guerre n’atteint absolument rien en termes de retour des droits démocratiques au peuple afghan. Ceci est illustré de manière dramatique par l’aggravation de la situation concernant les droits des femmes. Récemment, M. Karzaï a approuvé une loi dégoûtante et ultra-réactionnaire pour la communauté chiite d’Afghanistan, privant les femmes de la garde de leurs enfants, les obligeant à demander à leur mari le droit de travailler, et permettant à un homme de refuser de donner à manger à son épouse si elle refuse ses demandes sexuelles. La Mission d’Assistance des Nations Unies estime qu’en Afghanistan 87% des femmes sont analphabètes, que 30% seulement des filles ont accès à l’éducation, qu’une femme sur trois subit des violences physiques, psychologiques ou sexuelles, et que 70-80% des jeunes femmes afghanes sont forcées de se marier.

Récemment, un officier d’infanterie pakistanais, commentant la guerre en Afghanistan, faisait remarquer: «L’origine de l’insurrection n’est pas la religion mais la pauvreté». Selon lui, une solution peut être trouvée sans <i<«identifier les moyens d’améliorer les conditions des Pakistanais, Afghans, et des peuples d’Asie centrale dont les dirigeants corrompus volent fréquemment tout ce qui se trouve à leur portée.»</i> En effet, la pauvreté abjecte à laquelle fait face la majorité du peuple afghan contraste avec le style de vie riche de l’élite économique et politique afghane corrompue. En outre, le nombre de réfugiés fuyant le pays a atteint des proportions gigantesques atteignant les quatre millions selon les dernières estimations. L’Afghanistan est devenu le plus grand producteur et distributeur d’opium sur la planète finançant, entre autres choses, l’insurrection des talibans.

Gagner les cœurs et les esprits?

L’hostilité croissante à la guerre en Afghanistan internationalement est accompagnée par une hostilité croissante du peuple afghan lui-même en direction des troupes d’occupation occidentales dans le pays. Le journal français “Le Monde” a déclaré récemment que «le contexte de l’évolution des troupes françaises dans l’Est de l’Afghanistan est un contexte d’hostilité franche de la population locale. La conclusion de ce rejet est établi depuis plusieurs mois par les autorités françaises, mais a tendance à être masqué par les hommes politiques à Paris, conscient des doutes croissants de l’opinion publique quant à l’implication militaire en Afghanistan.» Ce sentiment de haine contre l’occupation étrangère a été récemment illustré par des protestations contre les troupes américaines initiées par les étudiants de Kaboul. Des centaines de manifestants ont affronté pendant deux jours la police afghane dans la capitale, brûlant le drapeau américain et des effigies du président Obama.

En l’absence d’une véritable alternative, cette opposition profonde à l’occupation a servi à alimenter la base de recrutement pour les talibans, à attirer une infinité de recrues. L’insurrection des talibans n’est pas un mouvement unifié et national avec un commandement centralisé, mais elle est divisée en différents groupes armés. Les recherches menées par le Conseil international sur la sécurité et le développement (CISO) donnent des indications intéressantes sur l’influence de ces groupes: il est dit que 80% de l’Afghanistan dispose maintenant d’une «présence permanente talibans» et que 97% du pays comporte «un activité substantielle des talibans.» Mais une nouvelle caractéristique se développant les derniers mois a été que leur influence, jusqu’à récemment essentiellement limitée au Sud et Est de l’Afghanistan, se répand vers le Nord du pays ainsi que, dans des domaines traditionnellement considérés comme plus «sûrs», comme la province de Kunduz. Ces faits suffisent à eux seuls à montrer l’échec total et la défaite militaire en cours des forces impérialistes.

Le Financial Times a récemment souligné: «Depuis que les grandes opérations militaires de l’OTAN en Afghanistan ont commencées en 2006, le soutien à l’insurrection a connu une croissance.» Ce genre de déclaration venant d’un des porte-parole les plus influents du capitalisme reflète les divisions croissantes en développement dans la classe dirigeante sur les débats au sujet d’un éventuel déploiement de nouvelles forces militaires et sur comment sortir de ce bourbier sans porter atteinte au prestige et aux intérêts des impérialismes américain et britannique. Certains stratèges soulignent maintenant la nécessité de faire pression pour davantage de «dialogue» et pour des accords avec des parties des talibans, en les finançant ou en les intégrant dans l’appareil d’Etat. Mais cela ne pourrait jeter que les bases d’autres problèmes. La catastrophe croissante de l’impérialisme en Afghanistan a conduit la majorité des stratèges des grandes entreprises et les journalistes à atténuer les «buts» initiaux de l’occupation, et aller vers des objectifs minimaux. «La lutte pour la démocratie» est devenue «Nous n’avons pas à créer une démocratie à la Jefferson» (Los Angeles Times, 10/05/2009) ou “Oublier le nation-building (la construction d’une nation)” (The Guardian, 10/05/2009) tandis que la «lutte contre les Talibans et pour protéger la population afghane» a été transformé en «Les forces de l’OTAN ne peuvent espérer assurer l’ensemble de l’Afghanistan. L’objectif de l’International Security Assistance Force de protéger la population est irréalisable dans sa totalité » (Mehar Omar Khan, cité dans le Financial Times, 10/28/2009)

Tous ces débats ont également révélé des fractures dans la soi-disant «unité» de l’OTAN et de la coalition, chaque État ayant ses propres objectifs en termes d’intérêts stratégiques à l’étranger, ainsi qu’en termes de soutien public en baisse pour la guerre à la maison. S’exprimant au sujet des coûts britanniques de la guerre en Afghanistan, un haut fonctionnaire de Whitehall, a déclaré: «Les coûts de la guerre ont augmenté à plus de 3 milliards de £ (3,35 milliards d’euros) par an. Pourtant, un déploiement comme celui-ci intervient à un moment de véritable pression sur les dépenses publiques. La Grande-Bretagne a un déficit de 195 milliards d’€ cette année. L’idée qu’il existe une limite à ce que nous pouvons consacrer à cette campagne n’est pas quelque chose qui devrait choquer les gens.» Ce qui «choque les gens» n’est évidemment pas les limites du budget de la guerre, mais, au contraire, les sommes d’argent impensables utilisées pour cette guerre alors que les services publics et les emplois sont menacés, sous le couvert d’un soi-disant manque d’argent.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a récemment accepté d’envoyer 500 soldats supplémentaires en Afghanistan, ajouté aux 9.000 soldats déjà présents sur le terrain. Le gouvernement espagnol a pris une décision analogue, l’envoi de 220 soldats supplémentaires, portant leur total à environ 1000. Aux États-Unis, un intense débat sur l’envoi de plusieurs milliers d’autres troupes, alors qu’un total de 68.000 sont déjà sur le terrain. Barack Obama a été mis sous une pression croissante, d’un côté, des responsables militaires et une section de l’establishment politique appelant à davantage de troupes – le Général Mc Chrystal a parlé d’un montant supplémentaire de 40.000 -, et de l’autre côté par l’impopularité de la guerre au niveau interne. En effet, la décision d’envoyer davantage de soldats pourrait alimenter le mécontentement contre l’administration Obama et jeter les bases d’un renouvellement du mouvement anti-guerre aux États-Unis. Le 5 octobre, un sondage a montré que seulement 26% des Américains pensent que plus de troupes américaines doivent être déployées. Une crise politique dans le Parti Démocrate pourrait également se développer, comme certains dirigeants démocrates se sont prononcés contre l’envoi de troupes supplémentaires, en disant qu’il n’y a pas de soutien public pour une telle initiative et que l’armée afghane doit prendre une plus grande part du fardeau. La stratégie proposée, d’une «afghanisation» des forces de sécurité, par le recrutement et la formation de policiers afghans et de l’armée, a subi un grand coup avec le récent meurtre de cinq soldats britanniques par un «voyous» policier afghan dans le sud de la province de Helmand, le mardi 3 novembre. Cela donne une nouvelle indication de la confusion totale face à l’impérialisme en Afghanistan. Dans ce contexte, nous allons voir une augmentation des postures opportunistes contre la guerre par des politiciens de l’establishment dans la prochaine période. Mercredi, l’ancien ministre travailliste britannique des Affaires étrangères, Kim Howells, a appelé à un retrait des troupes britanniques d’Afghanistan. Il ne s’agit en aucune sorte d’une constante opposition à la guerre, puisque Howells a été un fervent partisan de la guerre, pendant son temps en tant que ministre des Affaires étrangères, entre 2005 et 2008.

La pression de l’opposition à la guerre contre Obama a été illustrée par sa première participation, le jeudi 29 Octobre dernier, lors d’une cérémonie de rapatriement des corps des soldats américains tués en Afghanistan. Mais les larmes de crocodiles des politiciens ne seront pas en mesure d’inverser le mécontentement croissant en ce qui concerne l’envoi de jeunes, pour la plupart pauvres et issus de la classe ouvrière, afin de mourir dans une guerre impossible à gagner pour le prestige et les profits de l’élite. Un colonel britannique responsable du recrutement de l’armée a reconnu dans le Guardian: «La récession a eu un grand impact sur le nombre de gens qui se présentent.” Avec l’augmentation spectaculaire du chômage provoquée par la récession; pour les gouvernements américain et britannique, la «génération perdue» de jeunes de la récession sont considérés comme des candidats parfaits pour perdre leur vie sur le champ de bataille.

Quelle voie suivre?

L’intervention impérialiste en Afghanistan a créé un gâchis irrémédiable. L’occupation, soi-disant pour «la démocratie, la paix et la justice», a seulement réussi à apporter une misère croissante, les massacres de civils, en accroissant l’influence de l’extrémisme religieux et les attaques à l’explosif, et, last but not least, l’exportation du conflit au Pakistan, avec des résultats désastreux en conséquence pour le peuple de ce pays aussi. L’occupation ne fait qu’aggraver le chaos, et mènera à de nouveaux conflits, pour la puissance et l’influence, entre les seigneurs de guerre qui ont été considérablement renforcés.

L’impérialisme américain est directement responsable de la dévastation du pays. En outre, le monstre qu’ils combattent à l’heure actuelle est leur propre création. De concert avec leurs partenaires pakistanais et l’Arabie, l’impérialisme américain a délibérément encouragé et financé les fondamentalistes talibans et religieux dans le passé. Cette stratégie a été particulièrement utile pour lutter contre les “communistes” dans les années ’80. Mais depuis lors, ils ont perdu le contrôle de leur propre monstre. L’idée selon laquelle ils peuvent désormais résoudre le problème qu’ils ont créé eux-mêmes est une illusion complète.

Le coût de cette guerre a atteint une moyenne de 3,5 milliards de dollars par mois. Toutefois, une attention financière similaire n’a pas été portée à la lutte pour la survie qui caractérise la vie de tous les jours de la majorité des personnes vivant dans ce pays. Cet argent, investi dans la destruction, pourrait à la place être utilisé pour construire des milliers d’écoles et des hôpitaux, pour offrir une vie décente, avec des emplois et des logements pour tous. Cela serait un moyen beaucoup plus efficace pour lutter contre les talibans que de tonnes de bombes et des milliers d’hélicoptères, des avions et des soldats. Mais ce genre de plan ne correspond pas aux intérêts de l’impérialisme, cherchant uniquement un moyen de maintenir et d’étendre son influence dans la région pour des intérêts économiques.

Une augmentation des troupes n’apportera aucune solution à la situation actuelle, mais que préparer le terrain pour de nouvelles catastrophes et d’explosions de violence. La frustration et le désespoir parmi les populations pauvres et ordinaires, causés par l’occupation et la pauvreté, à l’absence d’une alternative socialiste authentique, alimente les rangs de l’intégrisme religieux. En l’absence mouvement de masse organisé démocratique de la classe ouvrière et des pauvres, la propagation de la colère parmi la population pourrait être utilisé par les talibans, les chefs tribaux, les seigneurs de guerre et autres forces réactionnaires qui cherchent uniquement à servir leurs propres intérêts et n’ont absolument aucune alternative à offrir aux régimes actuels. Ce qu’il faut, c’est une lutte commune des masses ouvrières et pauvres pour assurer leur propre sécurité et pour améliorer leurs conditions de vie.

Cela doit être lié à la transformation de la société selon des principes socialistes. En effet, plus que jamais, la situation en Afghanistan présente un choix entre le socialisme et la barbarie. L’unique façon du capitalisme pour résoudre les problèmes est d’en créer de nouveaux, au détriment de la vie des millions de personnes. La seule façon viable d’avancer est de construire un mouvement de masse dans la région afin de se débarrasser de l’élite corrompue et leurs bailleurs de fonds internationaux des grandes entreprises. Cette lutte doit être fondée sur un programme qui défend le droit à l’autodétermination pour les différentes minorités nationales et ethniques, et qui fait appel à la solidarité internationale du mouvement ouvrier. Ceci doit être pris en charge par la construction d’un puissant mouvement contre la guerre dans le monde entier et des partis ouvriers fort, défendant une alternative socialiste internationale contre la misère de la guerre et du capitalisme.

Nous exigeons:

 

  • Les troupes hors d’Afghanistan dès maintenant! Halte au massacre des civils; laissez le peuple afghan décider de son avenir!
  • Aucun soutien pour le régime corrompu et antidémocratique de M. Karzaï; Pour une lutte de masse pour éliminer les régimes réactionnaires en Asie et au Moyen-Orient!
  • Pour de véritables droits démocratiques; arrêtez les attaques contre les droits des femmes!
  • Pour la construction d’organisations indépendantes et démocratiques des travailleurs et des pauvres; pour des forces de défense ouvrières démocratiquement organisées et multi-ethniques!
  • Pour un programme massif de reconstruction en Afghanistan, sous le contrôle démocratique des masses, pour la propriété publique du gaz, du pétrole, et d’autres industries clés et des ressources!
  • Pour la constitution d’un gouvernement ouvrier et paysan sur un programme socialiste et démocratique, dans le cadre d’une fédération socialiste de l’Asie du Sud incluant le Pakistan.
  • Construisons un mouvement de masse contre la guerre! Ne payons pas pour la crise du capitalisme! Dépensons de l’argent pour les emplois et les services publics, et non pour la guerre et des armes!
  • Pour un monde socialiste, exempt de terreur, d’exploitation et de guerre!

 

Article par CEDRIC GEROME

Auteur

Laisser un commentaire