Chapitre XIII. La défaite et son prix

Sur le plan économique, la destruction des acquis de la révolution s’établit avec la même ardeur. En janvier 1937, 58 décrets financiers du gouvernement catalan restreignent nettement le champ d’activité des entreprises collectivisées. Le 3 février, pour la première fois, la Generalidad décrète illégale la collectivisation d’une industrie – celle des produits laitiers. Au mois d’avril, elle annule le contrôle ouvrier sur les douanes. Dans les campagnes, la même dynamique s’installe : on démantèle les collectivités, les terres sont rendues aux anciens propriétaires fonciers.

Fin 1937, les premiers «conseillers» russes seront rappelés (la plupart seront exécutés par Staline une fois rentrés en URSS). Les envois d’armes russes diminuent rapidement. La guerre contre Franco perd de plus en plus son caractère de guerre civile qu’elle avait au lendemain du 19 juillet ; l’Espagne devient le théâtre d’une guerre classique où un camp se trouve en situation d’infériorité militaire et technique. «C’est une guerre de mouvement qui va maintenant se livrer entre les deux Espagnes et l’armée de métier va pouvoir affirmer sa supériorité en ce domaine face aux milices révolutionnaires improvisées.» (1) La situation devient de plus en plus claire : on prépare un armistice sur le dos du prolétariat espagnol. Les massacres d’ouvriers sur les différents fronts créent une démoralisation qui prépare l’ambiance favorable au compromis avec Franco. La bourgeoisie espagnole comme internationale jubile, et multiplie les réjouissances cyniques, comme le montre cet extrait d’un article tiré du journal français «Paris-Midi» : «Aujourd’hui, le point positif est que la guerre a résorbé le chômage en tuant les chômeurs. La guerre finie, sans doute y aura-t-il du travail pour tout le monde.» (2)

En octobre 1937, le journal américain «The New Republic» reconnaît : «Il est clair aujourd’hui que pour la France et l’Angleterre, la préoccupation suscitée par une victoire fasciste en Espagne n’est plus qu’une considération parfaitement secondaire, si tant est qu’il n’en a pas été ainsi dès le départ.» (3) Un mois plus tard, le premier ministre britannique Chamberlain confirme cette constatation en annonçant l’établissement de relations officielles avec Franco. En avril 1938, l’Espagne est coupée en deux par l’offensive nationaliste. Fin janvier 1939, les troupes de Franco entrent dans Barcelone. En mars, Madrid capitule à son tour. A la fin du même mois, tout ce qui reste de la zone républicaine est occupé en huit jours. En avril, le gouvernement américain reconnaît à son tour la légitimité du pouvoir franquiste. La victoire définitive de Franco se concrétise par de nombreux supplices et exécutions, par la déportation de centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. «El Caudillo» placera le mouvement ouvrier espagnol sous la camisole de force du fascisme pour de longues années.

Références:
(1) «Histoire de l’Internationale Communiste», de Pierre Broué, chap.31 : «Front populaire : image et réalités «
(2) «Chronique de la révolution espagnole», publiée par l’»Union Communiste», éditions Spartacus, p.117
(3) «Révolution et contre-révolution en Espagne», de Felix Morrow

> Table de matière

Laisser un commentaire