Le gouvernement de Vichy : comment la bourgeoisie française s’est accommodée du fascisme

Le gouvernement français a récemment célébré les 70 ans du discours de De Gaulle à Londres le 18 juin 1940. On entend souvent parler de la résistance mais pas un mot sur Vichy, pas une allusion à la collaboration. Cette sombre période de l’histoire française est éludée très soigneusement et nombre de documents relatifs à ces évènements sont encore bien difficiles d’accès.

Pour mieux comprendre cette période de l’histoire il faut revenir jusqu’en 1933 quand Hitler arrive au pouvoir. C’est avec le soutien de sa bourgeoisie nationale qui craint le renversement de son système aux vues de la force du parti communiste et du parti socialiste. Le nazisme lui permet de conserver la propriété privée et est une solution provisoire pour se sortir de la crise dans laquelle elle se trouve. Cette même tactique va être utilisée en France sous la forme de la collaboration.

La crise économique fait rage entraînant famine et chômage de masse. L’Allemagne, l’Italie et l’Espagne sont sous des régimes fascistes. Les partis communistes des autres pays, connaissent une expansion qui inquiète le gouvernement. En France, le parlement est majoritairement à gauche et les capitalistes craignent plus que jamais une révolution socialiste. C’est dans cette situation que le gouvernement dissout le PC le 26 septembre 1939. Durant ce qu’on appela la «drôle de guerre» (8 mois à attendre sur le front l’invasion allemande) la répression contre les communistes est accrue: arrestation des principaux dirigeants, perquisition du local du PC, interdiction de faire paraître des journaux tels que l’Humanité, saisies de tracts…

Le 16 juin 1940 lorsque Pétain arrive au pouvoir le nord et côte Atlantique sont occupés par l’Allemagne. Il nomme donc Vichy capitale de la France. Dès le lendemain il fait un discours dans lequel il annonce qu’«il faut cesser le combat». Le 22 juin l’armistice est signé.

Le 10 juillet 1940 Pétain réunit à Vichy l’Assemblée nationale afin de faire voter un texte lui donnant les pleins pouvoirs : 62,73% des voix sont «pour». Des 569 votants en faveur des pleins pouvoirs, 286 parlementaires avaient été élus avec une étiquette de gauche ou de centre-gauche.

Ces résultats sont révélateurs, la droite comme la gauche ont préféré la collaboration à la révolution socialiste. Dans de nombreux discours Pétain dira qu’il souhaite en finir avec la lutte des classes. Il met en place un régime autoritaire. La devise devient «travail, famille, patrie». Durant toute la période du régime de Vichy, la collaboration et les rafles de juifs se sont multipliées.

Le caractère réactionnaire du gouvernement de Pétain touchait aussi les femmes en particulier. En effet les femmes étaient encouragées à faire des enfants et à ne pas travailler. C’est dans ce cadre que la “fête des mères” vit le jour. Le divorce devint aussi très compliqué à obtenir.

Comme elle l’avait fait en 1871 la bourgeoisie préféra laisser un autre pays envahir la France et assassiner les travailleurs afin de maintenir sa propriété privée et sa domination. Mais cette fois ce fut le fascisme sous les traits d’Hitler.

Le PC, à la suite de sa dissolution n’a pas eu une politique très précise. Dans la France occupée, il essaie de faire reparaître l’Humanité légalement. Dans le même temps, des groupes de militants poursuivent leurs activités de façon particulièrement organisée dans le sud-ouest (en zone «libre»). Dans le Nord, ils organisent même des grèves en 1943.

Le PC organise aussi le maquis, notamment pour les jeunes refusant de faire le service de travail obligatoire. Mais il n’a pas une politique claire de vouloir constuire un rapport de force avec la masse des travailleurs pour renverser le gouvernement collaborationiste. Ceci aurait pu favoriser la poussée d’une révolution en France, ce que la 3è internationale dirigée par Staline ne voulait pas.

De Gaulle, exilé en Angleterre, représentait l’autre option de la bourgeoisie et essaya de la convaincre et de la rassurer à travers ses différents discours.

A la fin de guerre les capitaliste français et les différents gouvernements qui se succèdent tente de faire “oublier” ce qui c’était passé sous le régime de Vichy au nom d’une soi-disant “unité nationale”. De nombreux hauts fonctionnaires du gouvernement de Pétain ne seront jamais jugés. L’affaire de Maurice Papon notamment a fait grand bruit. Il était haut fonctionnaire en 1942 et est responsable de nombreuses rafles. Cependant après la défaite allemande il continua à avoir des postes au gouvernement. Et durant toute sa carrière jusqu’en 1999 ses crimes restèrent impunis. Il ne fera que trois ans de prison… Une loi votée le 19 octobre 1946 ne permet l’accès au dossier des personnes qui sont dans la fonction publique que 120 ans après leur naissance. Ce qui permet aux criminels de Vichy de ne pas être inquiétés de leur vivant.

Sous l’apparence du fascisme ou de la collaboration le capitalisme revêt un de ses aspects les plus barbares. Nous devons en finir avec ce système qui n’apporte que massacre sur massacre pour préserver les profits d’une poignée de bourgeois. Le capitalisme nous a montré jusqu’où il est prêt à aller. Montrons lui que nous aussi nous sommes déterminé à aller vers une société qui fonctionne pour les besoins de chacun, débarrassée de la barbarie et de la loi du profit. Un système socialiste.

 

 

Article par Cassandra Desaneau

Laisser un commentaire