Journée Internationale des Femmes : Organisons la lutte!

Ces derniers mois, des millions de femmes sont entrées en résistance contre les effets destructeurs de la crise économique sur leurs vies. Des centaines de milliers de travailleuses surexploitées du textile et d’autres secteurs au Bangladesh, en Chine, au Cambodge et ailleurs ont participé à la vague de grève pour de meilleurs salaires, une vague qui s’est rapidement répandue d’un pays asiatique à l’autre. Des millions de travailleuses ont participé aux grèves générales en France, en Espagne, en Grèce et au Portugal, de même qu’aux énormes protestations contre les attaques sur les services publics partout en Europe.

Les jeunes femmes étaient aux premières lignes d’une nouvelle génération qui mène la lutte des étudiants contre les assainissements et les augmentations de minerval en Grande-Bretagne, en Italie et ailleurs. Et, évidemment, des dizaines de milliers de femmes participent aux magnifiques mouvements en Tunisie et en Egypte, entre autres, pour l’obtention de droits démocratiques et sociaux ainsi que pour la fin des régimes dictatoriaux.

 

Il est probable que ces luttes vont s’intensifier dans les mois à venir, surtout dans les pays où la hache de l’austérité frappe le plus durement. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous battre. Ces quarante dernières années, la vies des femmes a subi d’importants changements sociaux dans les pays capitalistes développés. L’inégalité, la discrimination et l’oppression n’ont pas été éradiqués, mais on a vu se développer l’idée qu’un progrès important avait été obtenu et que cela allait se poursuivre à l’avenir, et même que l’égalité était à la portée des femmes.

La situation dans le monde néocolonial en Asie, en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient est clairement différente. Mais même là, la mondialisation et les changements économiques et sociaux qu’il a engendré – surtout le fait qu’un nombre croissant de jeunes femmes a été tirées hors de leurs maisons pour aller travailler – ont amené l’espoir que les choses puissent peu à peu s’améliorer pour les femmes partout dans le monde.

L’actuelle crise économique mondiale et ses conséquences menacent de rapidement revenir sur beaucoup de ces progrès. Cela va conduire à une détérioration sérieuse de la vie des femmes dans les pays développés et à un véritable cauchemar pour les femmes dans le monde néocolonial.

La crise illustre ouvertement ce que le CIO a toujours dit – l’incompatibilité du capitalisme et de réels droits pour les femmes, qu’importe dans quelle partie du monde on se trouve. L’exploitation et l’oppression se trouvent au cœur du système capitaliste, où les profits et la compétition règnent sur tout. Seule une lutte contre ce système et pour une alternative socialiste est capables de réellement avancer.

 

Pourquoi nous devons nous organiser et lutter

 

Femmes et travail

Lors des décennies précédentes, l’afflux de femmes sur les lieux de travail a constitué un phénomène global, à tel point que, dans quelques pays, il y a aujourd’hui plus de femmes que d’hommes au travail. Même si les salaires des femmes sont partout resté en moyenne plus bas que ceux des hommes, ce processus a néanmoins conduit à plus d’indépendance économique pour les femmes ainsi qu’à une transformation de leur vision du monde et de la société en général.

Dans a première phase, la crise économique a eu un effet mixte sur l’emploi des femmes. Là où les pertes d’emploi se concentraient surtout dans l’industrie et dans le secteur de la construction, comme aux Etats-Unis, ce sont surtout les travailleurs masculins ont été le plus durement touchés. Là où le secteur des services a particulièrement été dans le collimateur, comme en Grande-Bretagne, les femmes ont dû supporter la plupart des licenciements et le chômage augmenté. Dans beaucoup de pays, maintenant, un véritable massacre est opéré dans le secteur public, ce sont les femmes qui vont en souffrir le plus fortement. Selon des recherches menées en Grande-Bretagne, où un demi-million de travailleurs des services publics vont être licenciés dans les années à venir, 75% de ces licenciements vont toucher des femmes, comme les femmes constituent la majorité du personnel des services publics : enseignants, infirmiers et travailleurs des services communaux. En même temps, les femmes vont être aussi le plus durement touchées par les assainissements dans les budgets des services publics et des allocations.

 

Indépendance économique

Le chômage croissant et les coupes dans les allocations vont conduire à une pauvreté accrue pour les femmes de la classe ouvrière et pour une partie des femmes des classes moyennes, surtout pour les mères isolées. Là où les chômeuses réussiraient à trouver un emploi, cela sera très probablement un emploi mal payé, temporaire et précaire, avec moins de droits, voire pas du tout, pour des congés de maladie ou de grossesse, pour des congés payés ou les pensions,… Les salaires et les conditions de travail sont fortement sous pression, tant dans le secteur public que privé.

Cela va augmenter la dépendance financière des femmes envers des hommes, et cela peut entraîner de néfastes conséquences sur les relations personnelles. Dans la période précédente, l’emploi, les allocations sociales et les logements sociaux offraient aux femmes une certaine mesure d’indépendance économique qui faisait qu’au contraire des anciennes générations, elles pouvaient quitter des relations malheureuses ou violentes. Depuis le début de la crise économique, il y a eu une diminution du taux de divorce dans nombre de pays (en général, jusqu’à trois quarts des divorces sont initiés par les femmes). Cela illustre qu’il devient plus difficile de quitter une relation et que beaucoup de femmes, comme dans le passé, sont forcées de rester chez leurs partenaires contre leur gré à cause de raisons économiques

 

Enseignement

L’accès accru à l’enseignement supérieur a constitué un des facteurs clé dans l’encouragement de changements dans la vie et dans la vision des choses des femmes. Maintenant, pour la première fois dans les pays capitalistes développés, une nouvelle génération de jeunes femmes est devant la perspective d’un avenir plus rude que celui de leurs mères. La commercialisation de l’enseignement supérieur, les coupes budgétaires drastiques dans l’enseignement ainsi que l’augmentation du minerval vont rendre beaucoup plus difficile aux jeunes femmes d’aller à l’université et d’obtenir un enseignement de bonne qualité dans l’espoir d’améliorer leurs perspectives de vie. Même si elle réussissent à obtenir un diplôme universitaire, la situation actuelle signifie sur le plan de l’emploi que beaucoup d’entre elles vont arriver dans des emplois temporaires et mal payés, et donc dans une vie d’insécurité et d’exploitation.

 

Des services publics financés par le public

Malgré de grands changements dans la vie des femmes, elles restent les personnes qui prennent le plus soins des enfants et d’autres membres de la famille. Si la hache néolibérale tombe sur les budgets des crèches, des maisons de repos et d’autres services sociaux, c’est généralement aux femmes de payer les pots cassés. Cela va conduire à ce qu’encore plus de femmes se voient forcées d’abandonner leur travail en dehors de la maison. Cela va rendre encore plus difficile aux chômeuses de trouver un emploi et pour les femmes au travail, cela va encore augmenter la double charge de travail liée aux tâches domestiques. Les assainissements et les privatisations vont conduire à une qualité décroissante des salaires et des conditions de travail des travailleurs de ces secteurs.

 

La violence envers les femmes

Une femme sur cinq subi à un certain moment la violence de la part de leur compagnon ou ex-compagnon. Dans les pays capitalistes développés, un femme sur sept est violée. Dans quelques parties du monde, le viol de masse est devenu une arme de guerre mortelle. La traite des femmes croissante à la destination de l’industrie du sexe est nourrie par la pauvreté, et va encore être stimulée par la crise économique.

La violence envers les femmes puise ses racines dans l’idée traditionnelle (toujours bien répandue dans beaucoup de sociétés) que les femmes sont la propriété des hommes. Cela est confirmé par la relation économique toujours inégale entre hommes et femmes et par la façon dont le capitalisme est basé sur la propriété privée, sur l’inégalité de richesse et de pouvoir. Le capitalisme utilise souvent la violence pour défendre ses intérêts, comme les travailleuses de textile en Asie et les étudiants en Europe ont pu témoigner de tout près. La pauvreté et le chômage ne causent pas la violence au sein de la famille. Cette violence trouve place dans tous les groupes et classes sociales. Mais ces facteurs peuvent être un motif pour la violence dans les familles et la crise économique peut encore stimuler cela.

Dans beaucoup de pays, l’approche de la violence contre les femmes a radicalement été améliorée ces trois dernières décennies. Des lois progressistes contre la violence familliale ont été votés et il y a une reconnaissance générale que c’est un crime sérieux auquel on doit s’attaquer. Mais les coupes budgétaires drastiques dans les services publics peuvent miner le progrès obtenu. Moins de moyens pour l’accueil des enfants, pour les refuges et autres services publics a pour conséquence de rendre encore plus difficile pour les femmes d’échapper à la violence dans leur foyer (où la grande partie des abus s’effectuent). D’autre part, les assainissements dans les transports publics, l’éclairage des rues, etc. vont conduire à moins de sécurité pour les femmes en dehors de leur maison. Le financement des centres de crise pour victimes de viol et le soutien aux femmes abusées va aussi être sous pression.

 

Droit à l’avortement, à la contraception, au traitement de fertilité…

Ces dernières décennies, 19 pays ont légalisé l’avortement, mais des millions de femmes vivent encore dans des pays où l’avortement est illégal ou très limité. Mondialement, chaque année, quelque 20 millions d’avortements illégaux se pratiquent, conduisant à la mort de 70.000 femmes et à la mutilation de millions.

Dans quelques pays, les attaques idéologiques contre l’avortement se poursuivent, et il faut les stopper. Mais dans beaucoup de pays, ce sont les coupes budgétaires dans les soins de santé et d’autres services qui vont mettre ce droit en danger. Les assainissements vont aussi conduire à une limitation de l’accessibilité aux traitements de fertilité et à des des fermetures ou des restructurations dans les services publics concernant la contraception et la santé sexuelle, ce qui touchera surtout les jeunes femmes.

 

La sexualité et le sexisme

Mondialement, des millions de femmes souffrent des limitations terribles de leur sexualité, y compris la pratique barbare des mutilations génitales. Dans beaucoup de pays capitalistes développés, la mentalité concernant la sexualité et les relations personnelles a sans doute été améliorée. En général, les femmes se sentent plus libérées de nombreuses de restrictions morales, sociales et religieuses du passé. Mais sous le capitalisme, la libération sexuelle est déformée par la course aux profits et par l’inégalité. Le système capitaliste transforme tout en marchandise, y compris le corps de la femme, utilisé directement dans l’industrie du sexe et indirectement dans la publicité et la vente. Cela promeut une image spécifique des femmes, une image limitée, stéréotypée et dégradante. L’objétisation des femmes renforce des mentalités arriérées, dont la violence, et affaiblit les femmes dans la lutte pour les droits économiques et sociaux.

 

Aller en contre-offensive

Les énormes protestations et grèves auxquelles les femmes ont participé illustrent que la destruction des acquis ne se déroule pas comme ça, sans lutte. Les luttes des travailleuses du textile en Asie et des femmes au Moyen-Orient ont démontré que même les travailleuses les plus exploitées sont prêtes à se battre.

Les changements importants dans les attitudes sociales qui ont trouvé place surtout dans les pays capitalistes développés ne peuvent pas être si facilement attaqués. Les femmes (et beaucoup d’hommes) ne vont pas accepter que la place des femmes soit au foyer et non au travail. Les femmes vont se battre pour défendre le progrès économique et social obtenu.

Il va sans doute y avoir des tentatives pour faire revivre de vieux préjugés afin d’affaiblir la lutte, de semer la discorde entre hommes et femmes, surtout sur les lieux de travail. Il faut donc durement se battre contre chaque tentative de diviser les travailleurs sur base de genre et donc de les affaiblir. Une lutte réussie pour défendre les droits des femmes et les élargir n’est possible que s’il s’agit d’une lutte anticapitaliste impliquant toute la classe ouvrière.

 

Socialisme

Le capitalisme est basé sur la compétition et sur la chasse sans merci aux profits. Il crée l’exploitation, la pauvreté, l’oppression, la violence, la guerre et la destruction de l’environnement. C’est un système pourri, qui limite et détruit les vies des travailleurs et des jeunes, où les femmes subissent une double oppression à cause de leur genre. Les femmes ont alors un double intérêt à la lutte pour une alternative au système capitaliste.

Une alternative socialiste serait basée sur la propriété collective et non privée de la production, sur le contrôle démocratique des producteurs et des consommateurs et non sur la domination par une élite riche. Les besoins, et non les profits, détermineraient ce qui est produit et les relations inégales et hiérarchiques de pouvoir et de riches seraient remplacées par la coopération, l’égalité et le respect mutuel tant sur le plan national que sur le plan international.

La vie pourrait être si différente pour tout le monde, mais aussi spécifiquement pour les femmes. Une économie démocratiquement planifiée libérerait des moyens pour prévoir des revenus décents et l’indépendance économique de chacun. Des services publics organisés et de bonne qualité comme l’accueil des enfants, les soins de santé, l’enseignement, le logement, le transport etc. offriraient aux femmes un véritable choix dans chaque aspect de leur vie. Une société basée sur l’égalité et la coopération poserait les bases pour la fin de toutes les formes de sexisme et de violence contre les femmes. Les femmes seraient finalement réellement libérées.

Laisser un commentaire