Europe : Crise de la zone Euro, conflits inter-capitalistes et lutte des classes

Le Bureau Européen du Comité pour une Internationale ouvrière (CIO), réuni du 13 au 15 avril, a discuté du potentiel d’explosions sociales, étant donne la crise actuelle, de l’instabilité sociale et politique et des tâches auxquelles font face les marxistes et la classe ouvrière. Nous publions ci-après la résolution émanant de cette réunion qui a rassemblé des représentants d’Autriche, de Belgique, de Chypre, de République Tchèque, de Grande Bretagne, de France, d’Allemagne, de Grèce, d’Islande, d’Irlande (Nord et Sud), d’Italie, de Pologne, du Portugal, de Russie, d’Écosse, de Suède, mais aussi des représentants issus de l’extérieur de l’Europe (du Pakistan et d’Israël).

1. Depuis la réunion du Comité Exécutif International (CEI) en décembre 2009, l’analyse générale du CIO sur la situation mondiale et les évolutions de l’économie mondiale se sont avérées être exactes. Du matériel a été produit concernant la situation générale de l’économie mondiale ; il n’est pas nécessaire d’y revenir en détail dans ce bref communiqué. L’évolution de l’économie mondiale et de la situation politique constituent l’arrière plan de la crise à laquelle font face les classes dirigeantes en Europe, la pire qui a frappé la zone depuis que l’euro a été lancé. L’économie mondiale n’a connu qu’une “relance” très limitée, qui reste faible et fragile. Les énormes plans de relance mis en place en particulier aux USA, en Chine et en Europe ont eu un effet, dans le sens où ils ont pu empêcher un complet effondrement de l’économie mondiale, qui aurait pu se transformer en dépression. Pourtant, les plans de relance ont été limités et n’ont pas résolu la crise sous-jacente.

2. La “reprise” n’a pas été suivie d’un retour à une croissance solide de “l’économie réelle” et menace de créer les conditions d’une “double chute” de l’économie mondiale. Les derniers chiffres publiés par les économistes renvoient à une augmentation de la “croissance” aux USA et en Europe, mais ne représentent pas une réelle augmentation des capacités de production ni ne ramènent la production au niveau qu’elle avait dans la période précédant le déclenchement de la crise. L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) prévoit que le commerce international se développera à hauteur de 9.5% cette année. Mais même si cela se produisait, ce ne serait pas suffisant pour rattraper la chute de 12.2% du commerce international en 2009. La “reprise” qui a suivi les plans de relance dans différents pays s’est basée sur des schémas tels que la prime à la casse ou, par exemple, une réduction de la TVA en Grande Bretagne. Ces mesures n’ont été que temporaires et limitées, elles ne représentaient en aucun cas un retour à une croissance stable et durable. L’investissement continue de stagner ou de baisser. En février, le taux de chômage officiel de la zone Euro était de 10%. La croissance aujourd’hui vient en grande partie du fait que les entreprises reconstituent leurs stocks, et parallèlement à la création de nouvelles “bulles” du fait de l’injection massive de liquidités dans l’économie par l’Etat, particulièrement le secteur financier. La Chine et l’Allemagne ont été capables de renforcer leurs exportations dernièrement, mais la question cruciale à laquelle est confronté le capitalisme mondial est l’absence de demande et de nouveaux marchés. Dans le cas de l’Allemagne, la croissance des exportations a été réalisée au détriment de ses concurrents et sans réelle extension de son marché intérieur. Le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’Allemagne pour 2010 de 1.5% à 1.2%, au regard de la faiblesse du secteur financier et du commerce international.

3. Les quelques “exceptions” qui existent pour le capitalisme, comme la Chine, le Brésil et l’Inde dans une moindre mesure, peuvent toujours être frappés tardivement par la crise et se retrouver plongés en récession. La Chine, qui connait une bulle immobilière, pourrait voir une contraction de son économie, qui pourrait par ailleurs provoquer une explosion sociale que le régime ferait tout pour éviter. Même si l’économie mondiale peut retourner vers une période de croissance totale, ce qui sera inévitable à un certain stade, il est important de souligner que ce ne sera pas suffisant pour apporter une solution aux conséquences de la crise, aux privations et aux désastres sociaux auxquels est confrontée la masse de la population mondiale, ni à ses conséquences politiques.

4. Jusqu’à présent, la conjoncture n’est donc pas une “reprise” au sens propre, mais plus largement une “reprise avec chômage” ; dans laquelle le chômage de masse persiste même en cas de croissance limitée. A l’échelle internationale, les classes dirigeantes cherchent toujours plus à détériorer les conditions de vie et de travail ainsi que les salaires. Ces trente dernières années, nous avons pu observer une phase de dépression sous-jacente, comme nous l’avons expliqué dans les derniers articles et documents publiés par le CIO. Cette tendance a toutefois été masquée par la croissance de la consommation basée sur une extension massive du crédit et sur toute une série de bulles spéculatives qui ont toutes explosé.

5. Chaque crise du capitalisme contient en elle-même une période de croissance et de reprise partielle, qui conduira à un certain stade à une nouvelle crise, récession ou stagnation. Nous avons connu une série de crises en résultant, une tendance qui se développe toujours. Le déclenchement de la crise, il y a trois ans, représentait un gigantesque coup porté à l’idéologie capitaliste. Ceci a forcé les classes dirigeantes à répondre par une série de mesures de type “capitalisme d’État”, où l’État était obligé d’intervenir sur le marché pour le soutenir et le sauver. C’est une situation entièrement différente de celle qui existait après la seconde guerre mondiale, où l’on observait un développement de “l’économie mixte”. La bourgeoisie acceptait alors qu’une assez grande partie (bien que minoritaire) de l’économie soit sous contrôle d’un État interventionniste, accompagnée par la mise en place de réformes sociales radicales. Aujourd’hui, au contraire, les politiques interventionnistes et de nationalisation ont un caractère à court terme, et sont rapidement suivies de privatisations – accompagnées de contre-réformes et d’attaques brutales contre les conditions de vie et de travail.

La crise de la zone Euro

6. Jusqu’à maintenant, l’évolution la plus significative en Europe a été le drame qui a suivi l’explosion de la dette grecque. Les répercussions se sont senties à l’échelle internationale et elle a déclenché une crise majeure dans la zone Euro et l’Union Européenne. Cette crise a révélé les antagonismes nationaux conséquents qui existent entre la Grèce, l’Allemagne, la France ainsi que les autres puissances de l’UE.

7. Cela a aussi révélé la faiblesse relative de l’euro et a remis en question sa viabilité future. L’incertitude que cela a provoqué représente un réel recul des classes dirigeantes européennes. L’Allemagne, afin de défendre ses intérêts nationaux, a refusé de renflouer la Grèce. La ligne de conduite très stricte adoptée par Angela Merkel reflète la peur de l’impérialisme allemand d’un sauvetage de la Grèce qui créerait un précédent au moment ou des crises se déchaînent notamment en Espagne et au Portugal. En faisant preuve d’une nouvelle vigueur menaçante, Merkel a déclaré que les pays qui plongeraient dans la crise pourraient se retrouver jetés en dehors de la zone Euro, ce qui reflète également la profonde crise des classes dirigeantes européennes. Par ailleurs, autoriser la Grèce à ne pas assurer sa dette pourrait déclencher non seulement une crise politique majeure, mais aussi une nouvelle tempête financière

8. La réaction des autres puissances européennes (particulièrement la France) et le conflit qui s’est développé entre elles ont transformé la crise grecque en crise européenne, avec une immense pression exercée sur l’Allemagne afin qu’elle change de position. La décision d’inclure le FMI dans le sauvetage de la Grèce représente un coup au prestige des bourgeoisies de la zone Euro et de la BCE. Une des idées à la base de la création de cette dernière était la volonté d’établir un contre pouvoir face à l’impérialisme US et au FMI. Ces récentes évolutions, toutefois, sont bien loin des jours paisibles du triomphe du capitalisme européen au lancement de l’euro, quand existaient alors de fortes attentes quant à une croissance économique, un Euro fort et un chemin stable et harmonieux vers une plus grande intégration européenne. Certains ont même défendu que ce processus aboutirait à une disparition des antagonismes nationaux en Europe et à la fin des État bourgeois nationaux dans l’Union Européenne.

9. Nous nous sommes opposés à ces illusions, qui, comme le CIO l’avait anticipé, se sont révélées totalement fausses, avec une augmentation des tensions interétatiques pendant la crise. Cela a dévoilé les obstacles à une réelle intégration européenne et une incapacité à dépasser les limites de l’État-nation et les intérêts nationaux des classes dirigeantes de chaque pays. Le degré d’intégration capitaliste à l’UE a probablement atteint ses limites pour cette période, avec un processus qui stagne voire se renverse.

10. La crise de l’Euro ne veut pas simplement dire qu’il sera abandonné par les classes dirigeantes. Dans la crise à venir, il est plus probable que certains pays s’en retirent, suite à la forte pression que la monnaie exerce sur les gouvernements nationaux. La force des antagonismes nationaux, provoquée par l’insistance de l’Allemagne à défendre ses propres intérêts, s’est reflétée dans la référence faite au rôle de l’impérialisme allemand en Grèce pendant la seconde guerre mondiale. Cela a été repris par Sarkozy qui, selon Le Monde, disait à un ami que “[l’impérialisme allemand] n’avait pas changé.” Le conflit entre les intérêts français et allemands représente clairement un changement par rapport à la dernière période, où la France et l’Allemagne tendaient à agir en tant qu’alliés, au moins concernant l’UE. Parallèlement, cela laisse l’impérialisme français dans une situation précaire. La France souhaite éviter de devoir s’allier à l’impérialisme britannique ou US. Le capitalisme allemand a été en capacité d’exploiter les taux d’intérêts à son avantage, et a finalement pu obliger une France réticente à accepter qu’il impose sa position. L’Allemagne, malgré la croissance de ses exportations, est le moteur de la croissance européenne. Mais face à la crise, elle essaie de “rationner” le reste de l’Europe et exige la mise en place de plans d’austérité drastiques, en particulier de la part des économies européennes les plus faibles.

11. Une campagne nationaliste féroce a été menée par la classe dirigeante allemande contre le peuple grec. De son côté, la classe dirigeante grecque a également essayé de stimuler le nationalisme en Grèce. Comme nous l’avions expliqué, cela indique qu’un sentiment nationaliste peut se développer et être encouragé par les classes dirigeantes européennes alors que la crise se développe. Il est important que nous contre-attaquions en menant la lutte pour l’unité des travailleurs. Les sections du CIO en Europe devraient entreprendre une campagne pour renforcer l’idée de la nécessité d’une lutte unifiée de tous les travailleurs contre les coupes et les attaques. A ce stade il est peut-être prématuré d’appeler à une grève générale de 24 heures dans toute l’Europe; mais l’idée d’une mobilisation européenne contre les coupes et les attaques sur les conditions de vie est quelque chose que nous devrions défendre énergiquement.

12. La crise a été aussi dévastatrice pour l’Europe de l’Est et l’Europe centrale. Les espoirs soulevés par la restauration du capitalisme ne se sont pas matérialisés pour les masses. La chute désastreuse des économies dans des pays comme la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie est comparable avec la période de grande dépression des années 1930. La Hongrie se débrouille un peu mieux actuellement. Même si la Pologne semble être l’exception, l’accumulation croissante de la dette publique, qui menace d’atteindre les 55% du PIB l’année prochaine, probablement pour grimper rapidement à 60%, sera l’occasion pour la classe dirigeante de procéder à des coupes et des attaques contre la classe ouvrière. Cela doit être pris en compte au regard de la catastrophe en Russie. Le chômage est probablement plus élevé qu’en 1994, quand la production s’est effondrée suite à la chute de l’URSS. Le régime commence à être divisé et une éruption sociale représente une perspective sérieuse dans une période relativement courte.

13. L’émergence d’antagonismes nationaux en Europe alors que la crise se développe peut également se manifester dans la résurgence de la question nationale et des tensions dans des pays comme la Belgique et l’Espagne. En Irlande du Nord, l’impossibilité de résoudre la question nationale sous le capitalisme se reflète par une augmentation des conflits sectaires entre les différentes communautés, malgré la poursuite du “processus de paix” au sommet. Comme la crise a frappé l’Espagne très durement, la vague de luttes de la classe ouvrière s’est rapidement développée, parallèlement à une augmentation du sentiment régional et national en particulier, surtout au Pays Basque et en Catalogne. 40% des dépenses de l’État sont directement administrées par les régions et provinces. Ceci peut aussi devenir un point de discorde important et conduire à des conflits avec le gouvernement national. Le CIO doit défendre les droits nationaux des différents peuples en Espagne tout en se battant pour une confédération socialiste et l’unité de classe dans tout l’État espagnol.

Le dénigrement des travailleurs grecs ; les “PIGS” et “STUPIID”

14. La menace d’un défaut de paiement sur la Grèce rappelle en un sens la situation de l’Amérique Latine des années ‘80 – y compris la revendication de l’annulation de la dette mise en avant par la section grecque du CIO! Aussi importante et significative que soit la crise grecque, ce n’est encore qu’une anticipation de ce qu’il se passera au Portugal et surtout en Espagne. Avec un taux de chômage de près de 20% – approchant les 40% dans la jeunesse, la question d’une révolte au moins aussi forte qu’en Grèce se pose en Espagne. Les effets et la profondeur de la crise aux échelles internationale et européenne ne sont pas uniformes. Globalement, une dépression a été évitée pour le moment. Mais l’Espagne, le Portugal, l’Irlande et la Grèce ont été dévastés par la profondeur de la crise et montrent des éléments de dépression comparables aux années 1930. L’économie de la République d’Irlande continue de se contracter. Ces pays, sous l’acronyme désobligeant de “PIGS”, sont maintenant élargis et compris dans les “STUPIIDS” (Espagne, Turquie, Grande Bretagne, Portugal, Irlande, Islande et Dubaï)!

Conséquences sociales et politiques

15. Pour le CIO et ses sections, les conséquences sociales et politiques et leurs effets sur la lutte des classes sont les questions décisives qui se posent lors de cette crise. Les questions des perspectives et des tâches n’ont jamais été aussi liées l’une à l’autre. L’impact de la crise sur la lutte des classes ne s’est pas encore entièrement fait ressentir. Pourtant, d’importants mouvements de masse ont explosé dans différents pays européens, particulièrement en Grèce, en Espagne et au Portugal. Dans d’autres pays, les luttes de la classe ouvrière auraient pu aller beaucoup plus loin sans le rôle de capitulation des directions syndicales en général, qui ont tendu à représenter les intérêts et la pression des patrons plutôt que de défendre la classe ouvrière. Ceci doit être ajouté à la question cruciale du niveau de conscience politique actuellement bas dans la classe ouvrière, hérité de la dernière période ; en prenant aussi en compte l’absence d’une force combative se battant pour une alternative socialiste à une échelle de masse. La faillite des directions ouvrières traditionnelles pour offrir une telle alternative a empêché le développement d’une conscience politique parmi la jeunesse et les travailleurs. Ces faiblesses signifient que la crise aura un caractère complexe et étalé dans le temps. Pourtant, des explosions sociales massives ont déjà eu lieu dans certains pays et vont se développer à travers l’Europe. Les mouvements qui ont déjà eu lieu ne sont qu’une anticipation de ce qu’il reste à venir. Des luttes industrielles et politiques se dérouleront, qui pourront permettre une croissance quantitative rapide des différentes sections du CIO ainsi que de leur influence, pour autant que nous intervenions avec les bons slogans, les bonnes tactiques et une explication générale de notre propagande socialiste. Ce ne sera pourtant pas un processus linéaire ni automatique. Le rythme de la lutte et le développement de la conscience politique seront variables d’un pays à l’autre.

16. En plus de cette crise économique et sociale, il ne faut pas oublier la crise environnementale et le réchauffement climatique. La déclaration adoptée au CEI reste toujours autant valable. Les conséquences du réchauffement doivent être prises en compte dans nos perspectives économiques et politiques. Cela devient un souci croissant parmi la classe ouvrière alors que de plus en plus de travailleurs et de pauvres en ressentent les conséquences, même en Europe. Les mouvements en Espagne (Andalousie) concernant l’approvisionnement en eau en sont un exemple. Une frange de la bourgeoisie a mis en avant la perspective de nouvelles “éco-industries” comme solution à la crise. Cela dit, il est hautement improbable que cela puisse offrir une sortie de crise à court terme, ou de nouveaux marchés pour la bourgeoisie.

Les luttes ouvrières et les syndicats

17. Malgré les contradictions dans la conscience politique qui existent dans de larges couches de la classe ouvrière et de la jeunesse, ce serait une erreur de sous-estimer l’amertume sous-sous-jacente et la colère qui sont déjà présentes. En général, cela n’est pas représenté par les directions officielles des syndicats ou dans leurs structures.

18. Il y a déjà eu des mouvements ouvriers significatifs dans de nombreux pays en réponse à la crise et aux attaques contre la classe ouvrière. En règle générale, ils ont eu un caractère défensif. En Irlande, au premier semestre de 2009, d’importantes grèves et mouvements de protestation des travailleurs se sont développés. En Grèce, les grèves du secteur public et trois grèves générales massives montrent comment la classe ouvrière a été poussée à la lutte par des attaques si brutales. Au Portugal, les grèves du public et la menace d’une grève générale illustrent à quel point la situation des travailleurs est désespérée. Les énormes manifestations en Espagne et la masse de travailleurs qui soutenaient la revendication d’une grève générale ont terrifié non seulement la classe dirigeante espagnole mais aussi celles du reste de l’Europe. Même si la Turquie n’est pas entièrement située en Europe d’un point de vue géographique, du point de vue social et politique, elle devient de plus en plus intégrée aux discussions sur l’Europe. La formidable grève à TEKEL représente un changement crucial dans la situation.

19. L’Espagne, avec une plus grande économie et une classe ouvrière plus grande que la Grèce, peut se retrouver au centre de la crise européenne dans la prochaine période. La peur d’une telle explosion a forcé le gouvernement à retirer certaines de ses propositions concernant le recul de l’âge du départ à la retraite qui avaient provoqué l’outrage parmi les masses. Des éléments de situation prérévolutionnaire étaient présents au point culminant du mouvement en Grèce. La faillite de la direction traditionnelle du mouvement ouvrier pour offrir une alternative, le faible niveau de conscience politique et d’auto-organisation ont représenté les principaux obstacles. Pourtant, les masses sont plus radicalisées et plus à gauche que leur direction. Des explosions sociales telles que celles que nous avons vues en Grèce peuvent éclater dans une série de pays européens et pourraient aller encore plus loin qu’en Grèce à ce stade, particulièrement en Europe du sud. Les événements en Grèce ont montré des éléments de situation prérévolutionnaire qui peuvent également se développer dans une série de pays européens dans les prochains mois et années Cette nouvelle période sera plus complexe et longue précisément à cause de l’absence d’organisations ouvrières de masse.

20. En Grande Bretagne, après les luttes de l’année dernière a Lindsey, Linamar, Vestas, chez les postiers…, 2010 a vu une série de grèves nationales des travailleurs de British Airways, des fonctionnaires du gouvernement et probablement des cheminots, qui montrent qu’une nouvelle situation se développe. La France a également été témoin de la grève nationale du 23 mars. En Belgique, des grèves initiées par la base ont aussi eu lieu.

21. Ces mouvements, entre autres, ont eu lieu malgré les directions syndicales qui ont été terrifiées par la crise et ont cherché à jouer un rôle d’”arbitres” plutôt que de défenseurs de la classe ouvrière. En France, en Allemagne, en Italie, en Irlande, en Espagne et en Suède, plutôt que de combattre le gouvernement, elles ont cherché à rétablir un “dialogue social” et des “contrats sociaux” et ont évité d’appeler à des journées d’action nationales. Ils se sont exprimés en faveur de coupes salariales pour sauver l’emploi et ont joué les “arbitres” entre les patrons et la classe ouvrière. Quand les directions syndicales ont appelé à des journées de mobilisation, c’était généralement une manière de faire relâcher la pression plutôt que de chercher à conduire une vraie lutte. La combativité de certains travailleurs a été reflétée en Irlande avec les 83% de travailleurs du CPSU (syndicat d’employés gouvernementaux) votant pour entrer en mouvement. Un vote similaire s’est aussi produit chez les travailleurs de British Airways.

La grève générale

22. En Italie, malgré une vague d’opposition croissante à Berlusconi, démontrée par les manifestations massives à Rome et à Milan, la CGIL (Confédération Générale Italienne du Travail) n’était préparée qu’à appeler à une grève générale de 4 heures. Comme nous l’avons déjà soulevé, la question de la grève générale est présente de manière objective à travers l’Europe. Nous devons nous assurer que cette question est bien présente dans notre propagande et, si c’est approprié, la mettre en avant comme l’un de nos principaux slogans. Dans des pays comme la Grèce, où une série de grèves générales a été annoncée mais n’a pas été appelée avec un programme d’action clair et une alternative politique, nous devons aller plus loin avec la revendication d’une grève générale de 24 ou 48 heures. Si cela ne force pas le gouvernement à reculer, la question d’actions plus décisives et de plus longue durée pourra être posée – y compris une grève illimitée

23. La grève générale, sous une forme ou une autre, est une question importante qui se pose objectivement à la classe ouvrière et au CIO dans la plupart des pays d’Europe. C’est une partie de notre programme. A différents moments, selon la situation concrète, nous devons la mettre en avant comme notre principal slogan et principal axe de propagande. Pourtant, c’est plus complexe maintenant que dans le passé, à cause du caractère des directions syndicales et du plus faible niveau de conscience dans la classe ouvrière. Les grèves générales ou les grèves générales partielles qui ont eu lieu dernièrement ont eu un rôle protestataire comparable aux grèves générales de protestation qui ont eu lieu avant la première guerre mondiale dans certains pays européens. Une grève générale illimitée posera inévitablement la question du pouvoir. Mais à ce stade, la conscience politique de la classe ouvrière est en décalage par rapport aux tâches qui lui incombent. Des actions supplémentaires, peut être sur une période plus longue que 24 ou 48 heures, et l’élection de comités d’action, constituent aussi une question dont nous devons nous saisir là où c’est opportun. C’est ce qu’ont fait les camarades grecs, en reliant cette question à la nécessité pour la classe ouvrière de revendiquer que Syriza et le KKE se battent vraiment contre la crise ainsi que pour le socialisme et la démocratie ouvrière.

24. Les propositions concrètes et spécifiques que nous faisons quand nous intervenons dans les luttes ouvrières – comment les organiser, quelles actions devraient être entreprises – sont particulièrement importantes dans cette période a cause du manque d’expérience de lutte de la nouvelle génération de travailleurs. Des propositions d’actions et d’initiatives faites en temps opportun peuvent énormément augmenter notre influence et notre réputation ainsi que nous distinguer d’autres groupes opportunistes et d’ultra gauche.

25. La question de l’équilibre entre notre intervention dans les structures syndicales officielles et nos propositions, là où c’est opportun, pour la formation de comités officieux d’action démocratiquement élus, est particulièrement importante, et a été renforcée par la période de crise. La baisse du nombre de syndiqués en Europe, particulièrement chez les jeunes, et le rôle des bureaucraties syndicales lui donnent une importance de premier ordre. Le nombre croissant de jeunes qui ont un travail en CDD ou intérim sans contrat stable est aussi une question qu’il nous faut traiter.

26. Les mouvements ouvriers qui ont eu lieu ne représentent pourtant que la première réaction face à l’impact de la crise. Il y a également eu différentes phases dans le développement de la conscience politique et des perspectives pour les travailleurs. Dans un premier temps, il y a eu une certaine radicalisation, suivie d’une explosion de colère et d’un sentiment anti-banquiers et anti-riches dans certains pays – comme la Grèce pendant un temps et l’Irlande – ainsi qu’un certain choc voire un effet paralysant au regard de la profondeur de la crise. “Que pouvons-nous faire sinon accepter de nous serrer la ceinture ? ” En d’autres termes, il y a eu un espoir que la crise et ses conséquences ne seraient qu’un problème à court terme ; suivi d’une certaine attente que les plans de relance résoudraient le problème et que “la vie retournerait a la normale”.

27. En Irlande, la lâcheté des directions syndicales a aggravé le problème de la conscience politique et de la confiance de la classe ouvrière. Après plus de vingt ans de croissance économique, la classe ouvrière fait face à un tsunami économique. Une acceptation amère, réticente, que les coupes sont “inévitables”, qu’il n’y a “pas d’alternative” face a un tel effondrement économique, et l’absence d’une alternative de masse a jusqu’à pressent empêché qu’un mouvement de masse se développe à partir de la base. Bien sûr, nous cherchons à contrer cela, mais notre voix est pour l’instant trop limitée pour changer les perspectives à une échelle de masse. Pourtant, cela peut rapidement changer et ouvrir la voie a une énorme explosion sociale.

28. Il est important de comprendre ces différents états d’esprit pour adapter notre propagande, nos analyses et nos perspectives. Mais il est tout aussi important de comprendre qu’une telle ambiance d’acceptation réticente est temporaire et peut changer très rapidement et de maniéré très radicale. Parfois, un tel changement peut être occasionné par une attaque relativement mineure, suivie d’une série de mesures plus dures.

Absence d’une alternative socialiste forte et conséquences

29. L’absence d’une puissante alternative socialiste clairement définie et d’une telle conscience est le principal obstacle qui existe à la mobilisation des masses pour un tournant socialiste dans la situation actuelle. La bourgeoisie peut s’estimer heureuse qu’à ce stade elle n’ait même pas encore été confrontée a une puissante force réformiste de gauche ou même centriste enracinée dans la classe ouvrière, comme il a pu exister dans le passé. Le manque d’une alternative socialiste de masse se reflète dans un fort taux d’abstention aux élections dans toute une série de pays en Europe.

30. Actuellement, il n’y a guère de gouvernement qui soit considéré comme stable en Europe. L’instabilité de la situation peut notamment se refléter dans les accrochages entre les ministres de la CDU, la CSU et la FDP dans le gouvernement Merkel. En Italie, la résurgence de l’opposition a Berlusconi et la chute de son taux d’approbation en sont d’autres preuves ; même si la perspective de la chute du centre-droit aux élections régionales ne s’est pas réalisée. La classe dirigeante italienne est visiblement inquiète à propos de Berlusconi. L’existence d’une puissante force de gauche dans la plupart des pays aurait tout simplement balayé les partis au pouvoir ou les gouvernements en place. Face à cela, la situation a été marquée par l’émergence du “moindre mal” dans beaucoup de pays européens. Comme nous l’avions souligné dans le document issu du CEI, cela s’est reflété en Grèce pendant un temps avec la réélection du PASOK. Les élections régionales en France l’ont aussi montré avec une croissance proportionnelle des votes pour le Parti Socialiste, ainsi qu’en Irlande avec une croissance du Labour Party dans les sondages. Même en Grande Bretagne, après trente ans de gouvernement New Labour, la peur d’un gouvernement Tory (conservateur) aura pour conséquence que Brown pourrait obtenir un meilleur résultat que ce qui était probable quelques mois plus tôt. Cela pourrait même résulter dans un gouvernement a minorité New Labour, avec la possibilité de “coalition” officieuse avec les Libéraux à un certain stade. Un gouvernement à minorité Tory reste également possible, mais la situation sociale pour le moins explosive pourrait rendre un gouvernement peu viable a long terme voire à moyen terme.

31. Des augmentations proportionnelles dans les votes pour les partis traditionnels de la classe ouvrière ne se font toutefois pas sur les mêmes bases que dans le passé. Ces partis ont un ancrage social plus faible, tout comme les attentes que les travailleurs y placent. Les partis qui ont connu une croissance électorale n’ont pas connu une progression active de leur nombre de membres parmi la classe ouvrière. Un élément frappant de la période actuelle est la volatilité ambiante. Il peut y avoir des changements très rapides ; la croissance du soutien électoral pour un parti peut très vite s’évaporer et se transformer en opposition acerbe contre lui.

32. Cela a été prouvé de façon claire en Islande après l’élection de l’Alliance Sociale-démocrate-Gauche-Verts. En l’espace de quelques mois, les espoirs et les illusions qui résidaient en ce gouvernement (le premier gouvernement social-démocrate de l’histoire islandaise) ont été brisés. La proposition du gouvernement d’accepter les termes de remboursement exigés par le gouvernement britannique a fait face à une intense opposition. Même le Président a été obligé de prendre cela en compte et a refusé de signer l’accord adopté par le Parlement, ce qui a ouvert la voie au référendum refusant l’accord a hauteur de 93%.

Les nouveaux partis ou alliances de gauche

33. Globalement, il est toujours vrai que là ou ils existent, les nouveaux partis ou alliances de gauche ont failli à remplir le vide politique ; leur avenir est précaire et incertain. Face à une crise historique du capitalisme, ils ont en règle générale évolué constamment vers la droite et l’effondrement idéologique a continué. C’est indubitablement une des raisons pour lesquelles ces nouvelles formations ne se sont pas développées dans la dernière période. En France et en Grèce, le NPA et SYRIZA ont reculé dans les sondages au fur et à mesure que la crise se développait. Les derniers résultats électoraux du NPA (2.5%) et du Parti Socialiste hollandais sont en fort contraste avec notre formidable victoire électorale en Irlande lors de l’élection de Joe Higgins au Parlement européen.

34. En Allemagne, Die Linke, malgré un pas à gauche en parole avec son récent “Projet de Programme”, a continue de stagner dans les sondages autour de 11%. Pourtant, selon les derniers sondages, le parti pourrait réussir à entrer pour la première fois dans le plus grand parlement régional (Rhénanie du Nord-Westphalie). Ceci sera vu comme un succès. A ce stade, les nouvelles formations n’ont pas attiré de larges couches de travailleurs. Die Linke représente la faillite à offrir une alternative socialiste claire et conséquente face a la crise, ainsi qu’une incapacité de la direction à combiner travail électoral et intervention dans les luttes des travailleurs et de la jeunesse. Cela reflète aussi partiellement un sentiment “anti-parti” de la part de beaucoup de travailleurs et de jeunes, qui pour l’instant ne voient pas pourquoi ils devraient s’impliquer dans les activités d’un parti et en devenir membre.

35. Cela changera à un certain stade, lorsque les travailleurs, à travers leurs propres expériences de luttes, la continuation de la crise et avec l’aide des marxistes, et particulièrement ceux du CIO, concluront qu’il n’y a pas d’autre alternative que de construire leur propre outil politique. C’est un processus qui n’est ni facile ni linéaire. Il sera probablement nécessaire qu’une série de nouvelles luttes ait lieu pour qu’une telle force voie le jour en Europe, qui comprenne une participation active et conséquente des travailleurs. Il reste incertain de savoir si les forces qui existent se développeront en ce sens ou si de nouvelles organisations vont émerger. Pourtant, il reste important que nous continuions à participer à ces organisations qui existent et que nous essayions d’avoir une influence sur leur processus de développement, à l’instar de ce que nous faisons dans SYRIZA en Grèce. L’émergence de différents regroupements de gauche dans SYRIZA représentent d’importants pas en avant et peuvent influencer la manière dont cette formation et un parti socialiste de masse de la classe ouvrière grecque se développent. Nous devons être prêts à voir de nombreux retournements dans ces évolutions et nous devons nous préparer à y ajuster rapidement nos tactiques.

36. Il serait faux de sous-estimer l’impact que nous pouvons avoir dans de tels processus, comme on a pu le voir dans SYRIZA ou le P-Sol. La plateforme que notre section en Angleterre et Pays de Galles construit avec le RMT dans la TUSC (Trade Unionist and Socialist Coalition) est d’une grande importance, notamment du fait qu’elle résulte de l’intervention effective de la section dans des luttes ouvrières.

37. La formation de nouveaux partis n’est pas une fin en soi, mais un levier pour préserver et améliorer les droits et les conditions de vie de la classe ouvrière. Même une fois qu’ils sont construits comme des partis puissants impliquant de larges couches de la classe ouvrière et de la jeunesse, comme le montre l’expérience du PRC en Italie, si de puissantes forces marxistes n’aident pas à orienter leur développement, les éléments réformistes ou centristes de ces partis peuvent saper leur potentiel ou même les détruire avec de mauvaises méthodes et un programme faux. Là où de telles choses se produisent, la déception qui s’ensuit peut rendre la construction d’une nouvelle force encore plus complexe. La preuve en est faite en Italie, ou la “Fédération de Gauche” (un bloc rassemblant le PRC, PDCI (communistes italiens) et d’autres groupes de gauche) n’a obtenu qu’à peine 3% aux élections régionales. La faillite du PRC et l’inefficacité du Parti Démocrate ont ouvert la voie à l’émergence de mouvements tels que celui du “Peuple Violet”. Des évolutions représentant une confusion et une atonie similaires peuvent émerger dans d’autres pays si de puissants partis socialistes de la classe ouvrière ne sont pas construits.

38. Alors que la formation de nouveaux partis larges de travailleurs est une tâche importante pour la classe ouvrière et pour nous-mêmes, l’absence de telles formations n’est pas un obstacle à la construction et au renforcement de nos propres sections. Alors qu’une couche plus large de la classe ouvrière serait attirée dans de nouveaux partis, une couche importante de travailleurs et de jeunes peut aussi être attirée directement dans nos rangs si nous y travaillons correctement.

39. Une des questions qui a émergé dans Die Linke, SYRIZA, le PRC, le P-Sol et le NPA est celle des coalitions et alliances avec les anciens partis sociaux-démocrates. C’est une question importante pour la classe ouvrière et pour nos sections. Nous devons nous impliquer dans ces débats là où ils émergent, en y défendant une position de principe tout en expliquant adroitement nos idées et en prenant en compte les illusions qui peuvent exister dans de telles coalitions. Dans le passé, cette question était plus clairement comprise par les militants de gauche qu’elle ne l’est aujourd’hui ; c’est une autre manifestation du recul de la conscience depuis les années 1990 après la chute des États staliniens.

L’extrême droite et le racisme

40. L’absence d’une alternative de gauche a eu pour conséquence la croissance de l’extrême droite dans certains pays. Il s’agit d’une question cruciale pour la classe ouvrière et le CIO. Le renouveau de la croissance du FPÖ en Autriche, la possibilité d’un vote fort pour le BNP en Grande Bretagne aux prochaines élections, les récents résultats électoraux de Le Pen aux régionales en France (en moyenne 17% dans les régions ou le FN se pressentait), la croissance de l’extrême droite en Hollande et en Hongrie et celle de la Ligue du Nord aux élections italiennes illustrent le danger qui existe. La montée de l’extrême droite reflète le vide existant et l’impact qu’a la crise se manifestent de façon négative et réactionnaire dans la résurgence du racisme et d’idées anti-immigrés ou islamophobes parmi certaines couches de la population. L’extrême droite et les forces de droite en général ont toujours utilisé une rhétorique populiste de droite comme moyen de gagner un soutien électoral. Nous devons nous situer en première ligne des activités antiracistes et particulièrement dans notre travail jeune. Nous devons également développer un programme et des revendications sur cette question pour combattre le racisme et lutter pour l’unité de classe de telle manière à ce que nous puissions engager le dialogue avec toutes les couches de la classe ouvrière.

La jeunesse radicalisée

41. Nous devons aussi nous assurer qu’en nous adressant aux différentes sections de la classe ouvrière nous prenons en compte l’évolution de l’ambiance parmi une couche significative de la jeunesse dans différents pays européens. Avec les attaques contre l’éducation et la croissance rapide du chômage (selon l’OCDE, 21% des jeunes travailleurs sont au chômage dans la zone Euro), une situation explosive se développe Les mouvements pour l’éducation en Allemagne, en Autriche et en Espagne sont aussi les premières manifestations de luttes qui peuvent se développer dans une majorité de pays européens ou sur une base paneuropéenne. Les attaques émergeant du processus de Bologne ont des conséquences dévastatrices sur l’éducation et peuvent provoquer des mouvements encore plus gros que ce que nous avons vu jusqu’à présent. Il est important que nous soulevions la nécessité de ces luttes et de leur amplification pour tourner les jeunes vers la classe ouvrière, ainsi que la nécessité d’une lutte commune des travailleurs et des jeunes, scolarisés ou non. Souvent, les jeunes sont en première ligne et leurs mobilisations représentent les premiers pas de luttes encore plus puissantes de la classe ouvrière, qui leur sont fréquemment conséquentes. Elle reste très importante pour nous. Une couche significative de jeunes sont entièrement opposés aux partis existants, et dans certains pays à tout l’establishment et au système en général. Beaucoup se retrouvent constamment en lutte avec la police et l’appareil d’État, et certains sont de plus en plus aliénés par la société.

42. Une couche a été attirée par les organisations et idées anarchistes. Nous devons nous assurer de trouver une voie vers le meilleur de cette jeunesse et aussi de refléter l’amertume et la colère qu’ils ressentent contre le système. Tout en faisant attention de ne pas tomber dans l’ultra-gauchisme, notre approche envers la jeunesse ne doit pas être trop timide. Le degré d’aliénation de certains jeunes s’est déjà reflété en Grèce avec l’émergence de groupuscules terroristes. Cette réaction négative, avec toutes les conséquences qu’elle comporte, peut aussi se développer dans d’autres pays, y compris dans le nord de l’Europe.

43. La nouvelle situation en Europe est favorable et nous apporte des possibilités d’intervention et de croissance en nombre de membres aussi bien qu’en influence. Cela ouvre la perspective d’un renforcement de nos organisations, à partir desquelles des partis marxistes plus conséquents peuvent être construits, autour du CIO.

Le Secrétariat International

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire