‘‘Le départ de Kabila n’est pas suffisant pour un vrai changement’’

Interview d’Alain Mandiki sur les élections présidentielles en RDC

Photo de Wikipedia

En décembre 2016, des élections au sommet de la République Démocratique du Congo (RDC) auraient dû avoir lieu. Le président Joseph Kabila, qui ne peut plus être candidat, n’a eu de cesse de reporter cette échéance. Sous pression, il a finalement dû céder et la RDC s’apprête à vivre un nouveau scrutin le 23 décembre 2018, 7 ans après la réélection contestée de celui qui est maintenant à la tête du pays depuis près de 18 ans, dont deux mandats électifs. Nous en avons discuté avec Alain Mandiki, militant au PSL et observateur assidu de la situation congolaise.

Propos recueillis par Stéphane Delcros

Le conseil des soldats allemands à Bruxelles en novembre 1918

Cela a dû faire un drôle d’effet à la population bruxelloise : le dimanche 10 novembre 1918 après-midi, un cortège de 5 à 6000 soldats allemands défilaient dans la ville au rythme de l’Internationale, drapeaux rouges à la main. C’était le point d’orgue du soulèvement de soldats allemands contre les dirigeants de leur armée et leur gouvernement. Cet épisode de la Révolution allemande mérite d’être davantage connu.

Dossier basé sur un texte de Tim Joosen paru dans notre livre ‘‘1918-1923: La révolution allemande’’

Guerre, révolution, fascisme. L’actualité de la Révolution allemande

Si beaucoup d’attention est consacrée cette année à la Première Guerre mondiale, les circonstances de sa fin semblent moins intéressantes aux yeux des commentateurs traditionnels. La Révolution allemande est à peine connue, alors que le processus de révolution et de contre-révolution en Allemagne a tracé les contours du XXe siècle. Nous estimons que jeter un regard sur cette période révolutionnaire reste d’une grande actualité. Elle a démontré que la révolution était bien possible dans un pays capitaliste développé. La Révolution allemande est née de la fatigue de la guerre et a précipité la fin de ce conflit mondial. A l’heure où tant de guerres font rage, savoir comment y mettre un terme est d’une actualité brûlante. L’échec de la révolution a permis au capitalisme de perdurer et de maintenir la Russie soviétique isolée et sous l’emprise progressive de la bureaucratie stalinienne. Tout cela a ouvert la voie au fascisme et à la Seconde Guerre mondiale. Il est aujourd’hui souvent fait référence aux années ‘30. Pour pouvoir entrer plus en détail sur ce sujet, la compréhension de la Révolution allemande est essentielle.

Le gouvernement mis en difficulté, la résistance sociale doit passer à la vitesse supérieure !

Photo : Jean-Marie

Les deux dernières semaines de la campagne électorale ont mis les questions sociales au premier plan. La journée d’action des syndicats du 2 octobre avait réuni des dizaines de milliers de manifestants et, en Flandre, le thème du logement social et des loyers (in)abordables a été plus discuté. Ces thèmes sont arrivés assez tardivement dans la campagne. Le résultat montre que les partis au pouvoir ont été un peu touchés ici et là, mais qu’il en faut plus, certainement du côté flamand, pour éviter une réédition du gouvernement Michel après mai 2019.

Pourquoi un plan radical d’investissements publics est-il nécessaire ?

L’échec de l’austérité illustrée par l’infrastructure délabrée

Si quelque chose caractérise la période actuelle, c’est bien l’inégalité. Une poignée d’ultra-riches possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Comment y parviennent-ils ? Au prix d’un travail acharné, dit-on parfois. C’est vrai. Cependant, c’est notre travail qui les enrichit ! C’est non seulement le cas directement, puisqu’une partie de la valeur que nous produisons est accaparée par les patrons, mais aussi de façon indirecte, à travers la politique d’austérité. Celle-ci réduit considérablement les dépenses publiques. La pénurie de moyens frappe durement les soins de santé, l’enseignement ou encore les infrastructures (routes, bâtiments, etc.). Les conséquences sont désastreuses.

USA. Les leçons du mouvement de masse des femmes des années ’60 et ’70

Un nouveau mouvement des femmes émerge en réponse à l’élection du misogyne Donald Trump, à commencer par les marches des femmes de 2017 et maintenant avec la campagne #MeToo. Le pouvoir potentiel du moment #MeToo a tellement effrayé la classe politique, les PDG, les investisseurs et actionnaires, -en bref les « 1% »- que des douzaines d’abuseurs célèbres ont été licenciés ou forcés de démissionner. C’est une victoire, mais les femmes ont beaucoup plus à gagner.